CAC 40 : Une combinaison de chandeliers japonais peu engageante

Mots-clefs : , , ,

(BFM Bourse) – Plombé par Wall Street, avec la publication d’un baromètre d’activité industrielle particulièrement décevant, le CAC 40 a fondu de 1,41% à 5 597 points, avec une clôture sur les points bas de séance. L’indice PMI manufacturier américain (ISM) a plongé à 47.8 au mois de septembre, à un point bas de 10 ans, contre un consensus au-dessus des 50 points, barre qui sépare par construction une contraction d’une expansion du secteur considéré. Un tel écart a alimenté davantage les craintes d’un ralentissement marqué de la croissance mondiale.

“Pathétique !” conclue de façon laconique Donald Trump dans un tweet assassin dont il a le secret, tweet à charge contre la Fed qu’il accuse une nouvelle fois de ne pas mettre en oeuvre les outils dont elle dispose pour soutenir l’économie.

L’ambiance s’alourdit sur les marchés financiers, avec un Donald Trump affaibli sur la scène politique, à quelques jours de la reprise des pourparlers commerciaux avec Pékin…

Au chapitre macroéconomique, les opérateurs ont composé hier matin avec des baromètres d’activité (PMI) industriels en Zone Euro. Très peu de surprise à signaler concernant les chiffres des principales économies de l’Union monétaire (Allemagne, France, Italie). En données synthétiques pour l’ensemble de la Zone Euro, en données finales pour septembre, l’indicateur est en légère hausse à 45.7, pratiquement dans la cible. Outre Atlantique, outre les chiffres baromètre d’activité dont nous avons déjà parlé plus haut, les opérateurs ont pris connaissance des dépenses de construction pour le mois d’août, en progression timide de 0,1% très largement sous la cible.

Pas de surprise non plus du côté de l’inflation, confirmée à +1.0% en rythme annualisé en Zone Euro, hors éléments jugés volatils (alimentation, énergie, alcool et tabac).

Côté valeurs, Pernod-Ricard (-0,15% à 163,15 euros) a fait preuve de résistance, en annonçant la fusion de ses deux filiales historiques, Pernod et Ricard, supprimant 190 postes.

Des valeurs cycliques étaient lourdement pénalisées mardi, sur fond de craintes d’un ralentissement marqué de la croissance mondiale, à l’image d’Imarys (-2,22% à 36,06 euros), Schneider Electric (-2,34% à 78,62 euros), LafargeHolcim (-3,57% à 43,53 euros), ou Vallourec (-4,49% à 2,319 euros).

De l’autre côté de l’Atlantique, les principaux indices sur actions ont commencé le quatrième trimestre sur une note particulièrement négative, à l’image du Dow Jones (-1,28% à 26 573 points), ou du Nasdaq Composite (-1,13% à 7 908 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l’appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 1,23% à 2 940 points.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.0930$ . Le baril de WTI, un baromètre de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 54.30$ .

A l’agenda statistique ce mercredi, à suivre en priorité le baromètre PMI construction au Royaume-Uni à 10h30, les résultats de l’enquête du cabinet privé en RH ADP à 14h30, ainsi que les stocks de brut aux Etats-Unis à 16h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

L’indice phare français a tracé hier une bougie en long noir, doublé d’une structure en englobante baissière, à savoir que ce corps quasiment sans mèche recouvre intégralement le corps de la bougie précédente. L’implication psychologique est une mobilisation sans faille du camp vendeur, tout au long de la séance (100 points de pertes entre l’ouverture et la clôture), sans que les volumes ne soit particulièrement puisants néanmoins. Mais le fait que la structure évoquée apparaissent sous des niveaux de résistance précédemment identifiés sonne l’alerte. Avis négatif proposé, avec, progressivement dans la semaine, l’accroissement de l’effet d’aspiration du gap du 04 septembre, dont la borne basse vaut 5 484 points.

perte de 100 points

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l’indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l’indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5665.00 points.

Graphique en données horaires

CAC 40 : Une combinaison de chandeliers japonais peu engageante (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Une combinaison de chandeliers japonais peu engageante (©ProRealTime.com)

©2019 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article