Cannabis : les acteurs économiques du secteur se frottent les mains

Mots-clefs : , , , , ,

Alors que la vente libre de marijuana est désormais entrée en vigueur dans l’Etat du Colorado, les conséquences financières d’une telle « avancée » ne se sont pas fait attendre.

Des entreprises du secteur ont ainsi vu le cours de leur action s’envoler jeudi aux Etats-Unis, au lendemain de l’ouverture des premiers « coffee shops » dans la région, le Colorado devenant ainsi le premier Etat au monde à autoriser la vente de cannabis en magasin pour un usage non médical.

Une flambée qu’il convient tout de même de relativiser, la plupart de ces titres ne valant encore que quelques cents… (inclus donc dans la catégorie des penny stock).

Parmi les hausses les plus importantes observées figure la société MediSwipe, laquelle fournit des systèmes de paiement à l’industrie médicale.
Falirant l’aubaine, MediSwipe vient d’ouvrir récemment une coopérative dans le Colorado en vue de cibler directement les acteurs de la filière cannabis.
La société cherche également à s’implanter dans l’Etat de Washington où l’usage du cannabis a été également légalisé mais où les premiers magasins n’ouvriront pas avant le printemps.

Des investissements « récompensés » aussi largement que rapidement : son titre échangé sur les marchés de gré à gré aura ainsi grimpé de près de 70%, dans l’après-midi de jeudi, s’échangeant à environ 19 cents.

Parallèlement, GreenGro Technologies, fabricant d’équipements dédiés à la culture du cannabis (lampes…) aura vu également son action grimper de plus de 50% jeudi … pour n’approcher certes que 6,7 cents.

L’action de la société Hemp, axée sur la culture industrielle du cannabis et la vente de graines à des fins alimentaires a vu son cours plus que doubler …. S’échangeant désormais à 3 cents.

Selon une récente étude du cabinet d’études ArcView, la vente légale de cannabis pourrait représenter l’équivalent de 10 milliards de dollars par an d’ici cinq ans aux Etats-Unis contre environ 2 milliards en 2014, et 1,4 milliard de dollars en 2013, où seule la vente pour motifs médicaux était autorisée, (soit une hausse de 64% ).

Rappelons par ailleurs que la détention, la culture et la consommation de cannabis par des adultes, dans un but purement récréatif sont légales dans le Colorado depuis novembre 2012, en vertu d’un amendement constitutionnel approuvé par référendum. Mais il aura fallu attendre le début de l’année 2014 pour voir s’ouvrir les 8 premiers points de vente à Denver, la capitale et plus grande ville de l’état. Un atout de taille pour l’Etat du Colorado qui attire déjà de nombreux visiteurs dans ses 26 stations de ski des montagnes Rocheuses, dotées d’un enneigement exceptionnel et d’un fort taux d’ensoleillement.

Les autorités s’avèrent quant à elles impatientes de récolter leurs premiers impôts sur cette nouvelle activité commerciale. Les taxes appliquées aux activités inhérentes à la consommation de cannabis devrait en effet rapporter à l’État du Colorado plusieurs millions de dollars, grâce à un taux de taxation fixé à 25 % et l’ouverture d’un marché estimé localement à 578 millions de dollars de chiffre d’affaires annuel à terme, dont 67 millions de taxes pour les autorités locales.

Les impôts collectés devant permettre de financer la construction des écoles publiques du Colorado à hauteur de 15 % du chiffre d’affaires global. L’autre partie des produits perçus étant destinée à financer des campagnes de prévention contre la drogue.

Ce qui, au final, devrait rapporter au moins 27,5 millions de dollars (20,3 millions d’euros) annuels pour la construction des écoles publiques du Colorado, le secteur de l’éducation étant durement frappé par la crise budgétaire.
Précisons en effet que pour l’année fiscale 2011-2012, l’industrie du cannabis a rapporté 5,4 millions de dollars (4,16 millions d’euros) de taxes à l’Etat du Colorado, pour un chiffre d’affaires de 186 millions de dollars.

Encore peu réglementé, le secteur fait également l’objet de malversations et de manipulations de cours. En août dernier, une des autorités en charge de la régulation financière aux Etats-Unis, la Finra, a mis en garde contre de possibles escroqueries « pump and dump » , ces dernières consistant à faire monter le cours d’une action sur la base de fausses informations en vue de les revendre ensuite à un prix artificiellement élevé. Restons donc vigilants …

Sources : Le Monde, AFP, Les Echos, Reuters

Elisabeth Studer – 03 janvier 2014 – www.leblogfinance.com

A lire également :

. Israël : le cannabis bientôt vendu en pharmacie ?

. Cannabis : de véritables usines de production se développent en France

Espagne : cannabis contre taxes foncières

. Maroc : plus grand producteur mondial de cannabis selon l’ONU


Le Blog Finance

Partager cet article