Cars Macron: trafic en hausse de 40% en 2018 pour FlixBus

Mots-clefs : , , , ,

La compagnie allemande d’autocars interurbains FlixBus a annoncé mardi avoir transporté 7,3 millions de passagers en France en 2018, un bond de 40% par rapport à l’année précédente, et dit regarder « avec beaucoup d’intérêt » le marché du ferroviaire.

FlixBus revendique le rang de premier opérateur en France, avec à la fin 2018 quelque 220 lignes et 210 destinations (contre 165 un an plus tôt) dans 190 villes. La compagnie exploite depuis mars un autocar électrique sur la liaison Paris-Amiens.

« Les grèves de la SNCF du printemps ont été pour nous une vitrine assez fantastique pour faire connaître notre mode de transport », a relevé le directeur général de FlixBus France, Yvan Lefranc-Morin, lors d’une conférence de presse à bord d’un car électrique se promenant dans les rues de Paris.

« On a généré 100.000 clients additionnels par rapport à ce qu’on aurait eu sans les grèves des trains. (…) On a des clients qui ont découvert (l’autocar) et qui ont ensuite continué à l’utiliser », a-t-il souligné.

En 2019, « on prévoit d’augmenter notre offre de plus de 30%, que ce soit via des lignes supplémentaires ou via des fréquences supplémentaires », en doublant notamment la desserte estivale des destinations balnéaires, a annoncé le patron de FlixBus France.

« Une concurrence déloyale »

Le groupe, qui est désormais opérateur de train en Allemagne, s’intéresse aussi au marché français du ferroviaire, selon lui.

« La France est évidemment un marché qu’on regarde avec beaucoup d’intérêt. C’est un peu trop tôt pour en parler un peu plus concrètement, mais on a des équipes qui travaillent sur le sujet », a-t-il remarqué.

L’idée est le cas échéant « d’y aller » comme en Allemagne en sous-traitant l’exploitation à des compagnies spécialisées.

M. Lefranc-Morin a parallèlement reconnu que FlixBus France n’avait pas été rentable en 2018. « On s’en rapproche très fortement », a-t-il dit, citant un objectif « 2019 ou 2020 en fonction dont la façon dont le marché va se comporter ».

Le dirigeant s’est une fois de plus félicité du prochain rachat de son concurrent Ouibus -filiale de la SNCF- par la plate-forme de covoiturage BlaBlaCar, qui selon lui va mettre fin à « une concurrence déloyale ».

La France est après l’Allemagne et l’Italie le troisième marché de FlixBus, qui a transporté l’an dernier 45 millions de personnes, un chiffre également en progression de 40%. Le groupe munichois s’est implanté l’an dernier aux Etats-Unis, en Bulgarie et en Biélorussie, et est désormais présent dans 29 pays, avant une arrivée prochaine en Russie.

Partager cet article