Ce livre peut vous redonner le pouvoir d'épargner intelligemment

Mots-clefs : , , , , , ,

BFM Business: Pourquoi avoir écrit ce livre?

G.S.: Il faut que les ménages aient une nouvelle approche de l’épargne. Aujourd’hui, le compte-courant devient le placement préféré des Français alors qu’il ne rapporte rien. Les montants placés y ont doublé entre 2014 et 2016, à 34 milliards d’euros, et la tendance s’est encore accélérée en 2017. Tout cet argent disponible ne demande qu’à être placé, mais les épargnants s’abstiennent et placent par défaut dans un Livret A ou optent pour des fonds en euros de l’assurance-vie qui ne rapportent plus rien, souvent par manque de connaissance. Pourtant des oasis de rendement poussent de tous côtés, des placements prometteurs montent en puissance! J’ai donc écrit ce livre pour apporter des idées d’investissement, en toute indépendance.

BFM Business: À qui s’adresse-t-il?

G.S.: Ce livre est destiné à Monsieur Tout le Monde, quel que soit son niveau de vie et son âge. J’y explique notamment que l’on peut faire fructifier son argent avec presque rien. Je pense à l’épargne salariale lorsque l’on est salarié d’une entreprise, mais également à certains produits dans l’immobilier qui permettent d’investir avec un apport limité à 1000 ou 2000 euros, comme les SCPI ou même les caves qui peuvent rapporter jusqu’à 10% par an. Et bien sûr, pour les ménages les plus modestes qui souhaitent se constituer une épargne disponible: priorité au Livret A et aux vieux PEL (Plan d’épargne logement) qui rapportent au moins 2,5%.  

BFM Business: Si les fonds euros en assurance-vie et les livrets traditionnels ne rapportent presque plus rien, où doit-on placer son épargne?

G.S.: En Bourse par exemple, mais il faut savoir investir à contretemps, c’est-à-dire lorsqu’on en parle peu. Quand les médias s’y intéressent, c’est souvent lorsqu’elle est à des niveaux records. C’est donc trop tard car la hausse est derrière. Les particuliers sont traumatisés par les marchés financiers parce qu’ils investissent au mauvais moment. Ils pensent, à tort, que l’on peut réaliser des gains élevés à court terme. Or il s’agit selon moi d’un investissement de long terme: l’indice CAC 40 qui regroupe les 40 plus grosses capitalisations françaises a été multiplié par cinq depuis sa création en 1987. La Bourse permet de réaliser des plus-values mais procure aussi un rendement via les dividendes distribués par les entreprises, qui rapportent en moyenne 3% par an. Certaines ont historiquement adopté une politique de dividende généreuse, comme Total, Orange ou Icade.

BFM Business: L’immobilier est-il toujours une valeur sûre?

G.S.: À l’heure où les taux de crédit immobilier restent bas, acheter un appartement pour le louer peut permettre d’obtenir un rendement régulier. Mais il est très faible dans la plupart des grandes villes comme Paris (rendement net de 2 à 2,5%), soit à peine plus que le taux de rendement des fonds euros des contrats d’assurance-vie. Mais investir dans l’immobilier locatif n’est pas un placement sans risque: mon locataire sera-t-il solvable tous les mois? Vais-je trouver un nouvel occupant à la fin du bail? Sans compter la hausse de la CSG qui rogne encore un peu plus le rendement locatif. Je conseillerais plutôt de regarder ce qu’il se passe dans les communes situées autour des futures gares du Grand Paris, ou de dénicher des villes de province qui seront les Bordeaux de demain (les prix des logements y ont bondi de 13 à 15% en 2017), où il y a des perspectives de plus-values très intéressantes. On parle souvent de Lyon, Rennes ou Nantes.

BFM Business: Et les placements à éviter selon vous?

G.S.: Prudence avec les crypto-monnaies. Certains épargnants qui craignent la Bourse, notamment pour sa volatilité, sont tentés d’investir dans les devises digitales alors qu’ils devraient au contraire s’en méfier! Ça brille, c’est neuf, donc cela attire les gens. Mais ce marché est encore plus volatil, et son historique de performance est très récent. La Bourse, c’est un marché régulé qui abrite de vrais actifs, de vraies entreprises, et qui rapporte dans le temps.

Votre argent RSS – economie

Partager cet article