CGG : Le recentrage de CGG porte ses fruits mais des perspectives mitigées font dévisser le titre

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le spécialiste des géosciences pour l’industrie pétrolière, qui s’est recentré sur ses activités à forte valeur ajoutée, a dévoilé un résultat opérationnel presque multiplié par trois assorti d’une perte nette drastiquement réduite et d’un chiffre d’affaires en progression de 19%. Le titre recule toutefois nettement.

Vers 10h, le titre CGG réalise l’une des plus mauvaises performances de la matinée sur le SRD, à la Bourse de Paris, avec un recul de 5,3% à 1,52 euros, dans un volume d’échanges nourri représentant 0,6% du capital. Ce repli intervient après trois séances consécutives de baisses, déjà dans des volumes relativement importants, et porte celui-ci à près de -10% au cours des cinq derniers jours. Depuis le 1er janvier néanmoins, l’action CGG rebondit toujours de plus de 30% à la faveur d’un excellent mois de janvier en Bourse au cours duquel elle a notamment été portée par l’annonce par le groupe parapétrolier d’un quatrième trimestre plus dynamique que prévu.

En novembre dernier, CGG avait annoncé un plan stratégique à horizon 2021 prévoyant un recentrage du groupe sur les trois activités -à forte valeur ajoutée- où il est en position de force : géoscience, études multi-clients et équipements (qualifiées de “GGR” par la société parapétrolière). Dans ce cadre, CGG planifiait également de mettre un terme à son activité d’acquisition de données sismiques. Un choix payant, à en croire Sophie Zurquiyah, directrice générale de CGG : “Ces trois métiers ont généré 134 millions de dollars de cash-flow libre des activités, ce qui valide notre décision stratégique de recentrer le groupe sur ses activités à forte valeur ajoutée et génératrices de trésorerie”.

Réduction des pertes

Le résultat opérationnel de ces activités a presque été multiplié par trois en 2018, à 142 millions d’euros (avec un taux de marge opérationnelle de 11,6%, contre 4,7% en 2017), tandis que le chiffre d’affaires a progressé de 19%, à 1,23 milliard d’euros. La marge brute (Ebitda sur chiffre d’affaires) des activités GGR est également en hausse de 3,4 points à 45,3%, “à la faveur de la reprise graduelle des marchés des services et équipement géophysiques” du fait du renchérissement progressif des cours de l’or noir en 2018. Le groupe précise également avoir ramené sa perte nette à 95,8 millions d’euros lors de l’exercice écoulé, contre une perte de 514 millions d’euros en 2017. Dans le détail, les activités abandonnées ont enregistré une perte nette de 600 millions de dollars l’an passé, tandis que celles poursuivies ont produit un bénéfice de 504,2 millions de dollars.

Concernant l’exercice en cours, CGG indique s’attendre à une “croissance à un chiffre, en haut de fourchette” de ses revenus, “en ligne avec la croissance des dépenses d’exploration et de production”, assortie d’une “marge d’Ebitda de l’ordre de 45%”. “Nous attendons une croissance en ligne avec le marché en 2019”, a précisé Sophie Zurquiyah, qui estime que le groupe “est en bonne voie” pour réaliser son plan 2021. Le groupe prévoit par ailleurs d’investir entre 330 et 365 millions de dollars. CGG se montre en revanche prudent sur son objectif de résultat opérationnel, compris entre 66 et 111 millions d’euros, celui-ci incluant des charges d’amortissement multi-clients comprises entre 325 et 343 millions d’euros (les chiffres communiqués par le groupe sont en dollars, NDLR).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CGG en temps réel :


Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article