Chaînes humaines et manifestations contre les compteurs Linky

Mots-clefs : , , , , ,

Partout en France les membres de collectifs anti-Linky ont manifesté ce samedi 5 mai afin d’obtenir le droit de conserver leurs anciens compteurs électriques. Ils dénoncent notamment de nombreux bugs et cas de surfacturation après l’installation des nouveaux compteurs. Le 26 avril, un collectif d’opposants au compteur Linky, dont 200 se trouvent en Gironde, a annoncé à Bordeaux avoir saisi en référé une vingtaine de tribunaux de grande instance en France pour demander de « surseoir à l’installation » de ces appareils.

C’est principalement dans ces communes qu’ont eu lieu les manifestations comme à Blois (Loir-et-Cher), à Quétigny (Côte d’Or), à Pontivy (Finistère), à Bordeaux (Gironde) ou encore à Beauvais (Oise). Dans le Tarn, à Larroque, certains habitants ont même cadenassé leur vieux compteur.

Vêtus de gilets fluo, 300 personnes de tous âges ont aussi formé une chaîne humaine samedi dans le village d’Autrans (Isère). « Enedis touche pas à mon compteur », proclamait une grande banderole, tandis que les pancartes dénonçant le compteur communicant fleurissaient parmi les marcheurs.

Enedis, le gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France, veut avoir installé 34 millions de ces compteurs communicants à la fin de 2021. « L’Etat connecte nos foyers à des systèmes communicants centralisés et remplace toute intervention humaine par le pilotage automatique et le big data », dénoncent les collectifs dans un communiqué.

(avec AFP)

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article