Chine : les producteurs d’or tablent sur une hausse de 20 % d’ici 2017

Mots-clefs : , , , , , ,

Si certes les ouvriers de Chine sont en grève, les analystes misent tout de même sur une poursuite significative de la croissance de l’Empire du Milieu … et de sa demande en or.

Un rapport sur le marché chinois de l’or  publié en début de semaine par le Conseil mondial de l’or (CMO ou WGC pour World Gold Council) – organisation réunissant les plus grands producteurs d’or  – indique en effet que la demande d’or physique (bijoux, pièces et lingots, utilisations industrielles) en Chine devrait atteindre « au moins 1350 tonnes » à la fin de l’année 2017. Ce qui correspond à une hausse de près de 20% par rapport à son niveau record de consommation, évalué à 1132 tonnes d’or en 2013.

Rappelons à cet égard que la Chine a dépassé l’Inde comme premier consommateur mondial d’or en 2013. Elle représente désormais 26% de la demande privée mondiale.

Alistair Hewitt, l’un des auteurs du rapport, a par ailleurs indiqué que le WGC s’est basé sur des hypothèses économiques médianes pour élaborer ses prévisions. Ne se voulant ni optimiste, ni trop pessimiste, il a en effet retenu un taux de croissance moyen de 6% sur la période 2014-2017. Ce qui au final laisse la porte ouverte à une progression encore plus conséquente de la demande d’or chinoise.

L’expert précise par ailleurs que la consommation chinoise d’or a connu une « croissance stupéfiante » ces dernières années, triplant depuis 2003. Une envolée due selon lui en partie par la suppression en 2004 de l’interdiction faite aux personnes privées de détenir des lingots d’or.

Selon le WGC, le marché chinois de l’or devrait continuer de se développer au cours des prochaines années, grâce à « l’importance culturelle de l’or, à l’augmentation des revenus et au soutien du gouvernement ».
D’après l’expert, « de plus en plus de personnes s’enrichissent, ont plus d’argent à dépenser en bijoux et plus d’économies à investir ». Il rappelle par ailleurs que selon Ernst & Young le nombre de ménages chinois de la classe moyenne devrait passer de 300 à 500 millions d’ici 2020. Rappelons en effet que les Chinois affectionnent particulièrement les bijoux en or pour les mariages (40% de la demande de bijoux) et pour les fêtes tels que le Nouvel an. Si l’on en croit le WGC, la consommation de bijoux en or devrait ainsi passer de 669 tonnes en 2013 à 780 tonnes en 2017.

Enfin, le Conseil mondial de l’or tient à préciser que l’or constitue un investissement particulièrement recherché à l’heure actuelle, en l’absence de réelles alternatives. Notant en effet la trop grande volatilité des marchés marchés d’action, le caractère surévalué du marché immobilier, et des taux d’intérêt s’avérant au final négatif en valeur nette.

Attention tout de même à ses prévisions établies par les plus grands producteurs d’or, lesquels pourraient être enclins à doper leurs estimations … histoire de doper le cours de leur action …

Rappelons en effet que l’année 2013 aura été une année horribilis pour le cours de l’or , les prix du précieux métal enregistrant une chute vertigineuse de 27 % et une première baisse annuelle depuis l’année 2000.

En ce qui concerne les perspectives du cours de l’or pour l’année 2014, début janvier, les avis étaient partagés. Les analystes de Commerzbank tablaient ainsi pour leur part sur une hausse des prix de l’once d’or cette année, s’attendant à des cours avoisinant 1400 dollars. Raisons invoquées : le maintien de politiques monétaires favorisant l’or. Les économistes de Barclays considèrent quant à eux qu’une baisse des cours s’avère plus probable, arguant notamment de la faiblesse de la demande indienne pour l’or.

En septembre dernier, après avoir indiqué que les opérations de rachat d’or avaient nettement régressé ces derniers mois, phénomène qui n’avait pas été observé depuis 10 ans, GFMS, le célèbre consultant spécialisé dans les métaux précieux avait d’ores et déjà tablé sur un maintien de la chute des cours en 2014.

Arguments invoqués par GFMS : la stabilisation de l’économie mondiale. Il est vrai que la flambée des prix de l’once d’or observée en 2011 et 2012 était due en grande partie par l’attrait des investisseurs pour les métaux précieux en cette période de crise, ces derniers bénéficiant alors de leur qualité de valeur refuge.

Réactualisant son Gold Survey 2013, le consultant n’a pas exclu un passage sous les 1.300 dollars l’once à la fin 2014. La politique menée par la Réserve fédérale américaine (FED) étant loin d’être étrangère à cette situation. Cette dernière jouant en quelque sorte au achat et à la souris avec les marchés en laissant planer l’incertitude durant de nombreuses semaines sur le maintien de sa stratégie concernant les taux d’intérêt.
Les experts de GFMS prévoient ainsi que le cours moyen de l’or avoisinera 1.350 dollars en 2014, chutant alors de 7% par rapport aux prévisions moyennes de 2013 fixées à 1.446 dollars.

Sources : World Gold Council,GFMS, Agences de Presse

Elisabeth Studer –  www.leblogfinance.com – 16 avril 2014


Le Blog Finance

Partager cet article