DE LA VALEUR AU PRIX : ENTRE PASSION ET RAISON

Mots-clefs : , , , ,

De gauche à droite : Agnès Piniot, Ledouble – Eric du Teilleul, Lazard Frères Gestion Hervé Orhan et Laurent Drillet, Fidal – Guillaume Dary, Adviso Partners Paul Nyzam et Emilie Villette, Christie’s

Retour sur la conférence rennaise du 17 avril 2018

La DR Bretagne organisait le 17 avril dernier une soirée prestigieuse au Couvent des Jacobins (nouveau Centre des Congrès de Rennes). Au programme, une conférence-débat dont le sujet fut fortement évocateur pour les 200 dirigeants et cadres bretons présents : « De la Valeur au Prix : entre passion et raison ».

« Aujourd’hui les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien ». C’est notamment autour de cette citation visionnaire d’Oscar Wilde (1891) que la conférence-débat s’est articulée.

Dans toute négociation en vue d’une transaction, se mêlent des éléments rationnels, qui correspondent à la valeur réelle du bien, et irrationnels qui sont liés à la passion, à l’affectif, à l’humain.

  • Comment réconcilier valeur et prix ?
  • Comment se définit la valeur ?
  • Quel est le juste prix à payer pour un bien, un service, un actif stratégique ?
  • Comment et avec qui mener une analyse rationnelle du prix et de la valeur ?

Tels étaient les points principaux de la conférence animée par FIDAL, Lazard Frères Gestion, le cabinet Ledouble et Adviso Partners.

Valeur et prix sur le marché de l’Art

Aux côtés des professionnels du droit, de l’investissement, de l’évaluation et de la transaction, deux experts en Art Contemporain de chez Christie’s sont intervenus en tant que grands témoins.

Sur le marché de l’art, les critères très divers, rationnels et subjectifs ont une incidence inestimable sur la valeur et le prix final d’une œuvre (la cote de l’artiste, la couleur de l’œuvre, la période de la vente…). Preuve en est, la vente aux enchères du tableau Salvator Mundi de Leonard de Vinci (illustration de notre carton d’invitation) estimé à  450,3 millions de dollars en novembre 2017. Le tableau avait été vendu 45 livres sterling en 1958 puis successivement 80 millions et 127,5 millions de dollars en 2013 avant cette vente aux enchères historique en fin d’année dernière.

Tout au long de la conférence, les invités ont ainsi pu observer que les points de convergence mis en lumière entre valeur et prix dans les cessions d’affaires et valeur et prix sur le marché de l’art étaient nombreux.

Lire aussi :
Mécénat : focus sur les modes alternatifs de financement pour un projet sportif d’intérêt général

Mots-clés : ,

FIDAL avocats : le blog

Partager cet article