Départ à la retraite : l’OCDE exhorte la France à indexer sur l’espérance de vie

Mots-clefs : , , , , , ,

Alors que les Français ont de plus en plus peur que le montant de leur pension retraite ne soit à terme réduit à une peau de chagrin, le secrétaire général de l’OCDE (l’Organisation de coopération et de développement économiques), Angel Gurria, a appelé dimanche la France à assouplir son marché du travail et à indexer l’âge du départ à la retraite sur l’espérance de vie.

Selon lui, l’Hexagone n’échappera pas à la « règle », prédisant ainsi que les Français devront travailler plus longtemps « comme partout ».
Préconisant même de mettre en œuvre un système qui lierait  » l’âge de la retraite à l’espérance de vie automatiquement », sans que cela nécessite une négociation « très difficile » chaque année. De quoi faire tousser bon nombre de syndicalistes, politiques … et salariés.
Si pour lui les réformes mises en œuvre par la France « vont dans le bon sens », Angel Gurria a estimé néanmoins à l’antenne de TV5 Monde et de RFI que Paris « doit aller plus loin ».

Rappelons que depuis la réforme des retraites de 2010, la durée d’assurance requise pour bénéficier du taux plein est fixée, génération par génération, l’année de leur 56ème anniversaire, en fonction des gains d’espérance de vie à 60 ans, calculée à partir des projections de l’Institut national des statistiques (Insee). But affiché : maintenir constant au fil des générations le rapport entre la durée d’assurance requise pour bénéficier du taux plein et la durée moyenne passée à la retraite.

En tout état de cause, de tels propos raviront les compagnies de placement en épargne retraite, telles notamment Malakoff Mederic, dirigée par un des frères de Nicolas Sarkozy.

Sources : TV5, Le Monde, RFI, AFP, Capital

Elisabeth STUDER – www.leblogfinance.com –  18 mars 2013


Le Blog Finance

Partager cet article