Des obsèques dans l'intimité pour Liliane Bettencourt

Mots-clefs : , , , , ,

L’église Saint-Pierre de Neuilly, ouverte à tous, n’était pas pleine cet après-midi pour les obsèques de Liliane Bettencourt, l’héritière du groupe L’Oréal et femme la plus riche du monde décédée jeudi à l’âge de 94 ans. Les travées réservées aux collaborateurs de la multinationale sont restée quasi-vides, même si le patron de L’Oréal Jean-Paul Agon était bien sûr présent, tout comme son prédécesseur Lindsay Owen-Jones et l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière, ancien vice-président directeur général. Quelques autres personnalités avaient fait le déplacement comme l’avocat Jean Veil, l’ex-sportif Henri Leconte,  le patron de BNP Paribas Jean-Laurent Bonnafé, le banquier d’affaires Philippe Villin ou le promoteur Olivier Pelat, fils de Roger-Patrice Pelat, ami de la famille qui assura même le rôle de  » tuteur judiciaire  » de la défunte. Au premier rang Françoise Bettencourt-Meyers, équipée d’impressionnantes lunettes noires, la fille unique de Liliane Bettencourt, avec son mari et ses deux fils.

VGE et Balladur

Coté politiques, le maire de Neuilly, le lieu de résidence de la famille était bien sûr présent, mais pas son célèbre prédécesseur, Nicolas Sarkozy qui a été mis en examen dans le cadre de « l’affaire Bettencourt » avant de bénéficier d’un non-lieu. Autre ex-président de la République, Valéry Giscard d’Estaing était lui bien présent avec son épouse Anémone et l’ex-Premier ministre Edouard Balladur.

La cérémonie, très sobre, était animée par le Chœur grégorien de Paris, et la plupart des chants étaient en latin. Après la lecture de l’épître de Saint Paul aux Thessaloniciens et le psaume 129 («Je mets mon espoir dans le Seigneur»), l’Evangile était celui selon Saint Matthieu (mt 5, 1-10) («Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, ils seront rassasiés»). Avant la bénédiction du cercueil et la sortie devant un mur de photographes, lecture a été faite d’une prière de Saint Augustin: «Séchez vos larmes puisque vous m’aimez.»

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article