Deux groupes miniers vont créer un nouveau géant mondial de l'or en Bourse

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Annoncée fin septembre, cette opération de grande ampleur vise à créer un géant mondial qui pèsera 18 milliards de dollars en Bourse.

Un nouveau géant mondial de l’or va voir le jour en janvier prochain. Les actionnaires du groupe minier britannique Randgold ont donné leur feu vert mercredi à son rachat par le canadien Barrick.

« Les actionnaires de Randgold Resources ont approuvé la fusion avec Barrick », a expliqué Randgold dans un communiqué, précisant que l’accord avait été approuvé par 95% des actionnaires. Ce vote intervenait deux jours après le feu vert donné par les actionnaires de Barrick et une semaine après l’accord des autorités de régulation en Afrique du Sud, qui avaient leur mot à dire sur ce projet.

D’après Randgold, la dernière étape à franchir pour valider cette opération réside à Jersey, l’île anglo-normande où est basée la compagnie spécialiste de l’or. Une cour spécialisée doit y donner son accord et devrait s’y réunir le 17 décembre. Si elle le fait comme Randgold l’attend, son acquisition par Barrick pourrait être effective dès le 1er janvier. Ceci fait, l’action Randgold pourrait être retirée de la cote à la Bourse de Londres dès le lendemain.

18 milliards de dollars en Bourse

Annoncée fin septembre, cette opération de grande ampleur vise à créer un géant mondial de l’or pesant 18 milliards de dollars de capitalisation boursière, qui sera coté à New York et à Toronto.

A cette fin, le groupe Barrick, lui-même basé à Toronto et premier producteur mondial, va émettre de nouvelles actions qui seront échangées aux actuels propriétaires de Randgold contre leurs titres sur la base de 6,128 nouvelles actions Barrick pour chaque action Randgold. Une fois cet échange effectué, les actuels actionnaires de Barrick possèderont 66,6% de la société Barrick agrandie, tandis que ceux de Randgold détiendront 33,4% des titres.

Barrick était déjà le premier producteur de métal jaune du globe en 2017 mais sa première place était menacée. Selon un classement établi par le site spécialisé Mining.com, Barrick Gold affichait en 2017 une production de 5,32 millions d’onces d’or, contre 5,27 millions d’onces pour Newmont, son plus proche rival.

Se concentrer sur l’Afrique et l’Amérique

Barrick produit du métal jaune notamment en Amérique (Argentine, Canada, Etats-Unis, Pérou et République dominicaine) tandis que Randgold est présent surtout en Afrique (Côte d’Ivoire, Mali et République démocratique du Congo). Outre l’or, Barrick exploite aussi des mines de cuivre au Chili, en Arabie saoudite et en Zambie.

L’actuel directeur général de Randgold, le Sud-Africain Mark Bristow qui prendra la direction exécutive de la société Barrick agrandie après l’opération, a déclaré le 26 octobre que le nouveau Barrick allait concentrer ses activités en Afrique et Amérique.

« Nous allons vendre nos actifs en Australie et en Asie-Pacifique pour nous concentrer sur l’Afrique et l’Amérique », a souligné M. Bristow lors d’un déplacement en Côte d’Ivoire, où Randgold exploite depuis 2010 la mine d’or de Tongon, fleuron de l’industrie minière ivoirienne.

(Avec AFP)

©2018 BFM Bourse

Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article