Devises et taux : La Fed doit poursuivre un resserrement monétaire progressif-Williams

Mots-clefs : , , , , , ,

(Actualisé avec les propos sur les taux)

par Ann Saphir

PHOENIX, 29 novembre (Reuters) – La Réserve fédérale doit continuer de relever les taux d’intérêt progressivement dans la mesure où la baisse du taux de chômage devrait exercer des pressions haussière sur l’inflation, a dit mercredi John Williams, le président de la Fed de San Francisco.

« Tant que les indicateurs montrent une croissance soutenue et pour autant que nous observions le redressement de l’inflation que nous anticipons, il faut, à mon avis, continuer de relever les taux d’intérêt lentement dans l’année qui vient », a dit Williams.

Les marchés pensent que la banque centrale relèvera encore les taux le mois prochain. La présidente Janet Yellen a dit ce mercredi que la vigueur de l’économie américaine justifiait un resserrement monétaire progressif.

Williams, qui aura le droit de vote l’an prochain, avec à la tête de la Fed vraisemblablement Jerome Powell, verrait bien quatre nouvelles hausses des taux l’an prochain.

« Il nous faut arriver à 2,5% à peu près pour le taux des Fed funds durant les deux prochaines années », a-t-il dit. L’objectif de la Fed est actuellement de 1% à 1,25% pour son taux d’intervention.

Le président de l’antenne de la Fed de San Francisco anticipe sinon une croissance économique de 2,5% environ cette année aux Etats-Unis et moins par la suite. Le taux de chômage, actuellement de 4,1%, devrait encore baisser en 2018 et trouver un plancher vers 3,75%, a ajouté Williams.

Le fait que l’inflation soit depuis longtemps hors de portée de l’objectif que s’est fixé la Fed, un taux de 2%, n’a rien d’étonnant, estime-t-il.

Des dépenses de santé qui n’augmentent que lentement et une baisse des prix dans d’autres catégories comme les formules tarifaires des téléphones mobiles qui ne sont pas très sensibles aux cycles économiques compensent les hausses des prix d’autres secteurs, écrivent des chercheurs de la Fed de San Francisco dans un rapport publié cette semaine.

En plus, a observé Williams, il faut souvent un an pour que l’inflation réagisse à une accélération de la croissance économique.

« La prochaine fois que vous verrez des gros titres sur une inflation qui persiste à stagner, vous pourrez prendre un air détaché et souriant, sachant que ce mystère n’en est pas vraiment un », a-t-il dit.

« L’économie allant tellement bien cette année et en se fondant sur l’expérience du passé, je prévois une hausse de l’inflation en 2018 ».

John Williams a par ailleurs déclaré que la Fed ne comptait pas émettre de la monnaie numérique mais il a ajouté que la banque centrale était intéressée par la technologie sur laquelle s’appuie une telle monnaie et qu’elle effectuait à ce sujet des recherces intensives.

« Pour l’heure, la Fed ne développe pas sa propre monnaie numérique », a-t-il répondu lorsqu’on l’a interrogé sur le « bitcoin ».

Les banques centrales du monde entier se demandent comment la technologie du bitcoin pourrait simplifier les paiements et les rendre plus sûrs et meilleur marché et certaines pourraient éventuellement envisager de faire de certaines monnaies numériques des monnaies officielles, a noté Williams.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par)

Investir – Toute l'info des marchés – Les Echos Bourse

Partager cet article