EDF : Alors que se profile un accord sur la réforme du nucléaire, EDF décolle en Bourse

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Des informations de presse faisant état d’avancées importantes entre Paris et Bruxelles sur la réforme du nucléaire propulsent le titre de l’énergéticien à un sommet depuis début mars.

EDF flambe en Bourse. Plus forte hausse du SBF 120, le titre EDF décolle de 9,1% à 12,765 euros peu avant 15h vendredi. L’action est portée par des spéculations selon lesquelles un accord entre le gouvernement français et la Commission européenne serait en passe d’être conclu sur la restructuration de l’électricien et la réforme de la tarification du nucléaire. L’action du fournisseur d’électricité revient ainsi à un niveau qu’elle n’avait plus connu depuis le 6 mars dernier, grâce à un rebond de 115% depuis son creux du 19 mars dernier.

Cette envolée intervient donc en réaction à la parution de plusieurs articles de presse, notamment des quotidiens Libération et Les Echos, faisant état d’une avancée des négociations entre Paris et la Commission européenne pour réformer le tarif de vente de l’électricité nucléaire, ainsi que dans le projet de réorganisation du groupe.

De 45 à 50 euros le Mégawattheure

“Le nouveau prix n’a pas encore été fixé mais il serait compris entre 45 et 50 euros le Mégawattheure (MWh)”, résument les analystes de Jefferies dans une note. “Les discussions avec la Commission se poursuivent” a indiqué Bercy à l’AFP, sans confirmer donc ces informations. Pour rappel, EDF est aujourd’hui contraint de vendre à ses concurrents une partie de son électricité d’origine nucléaire à prix fixe, qui s’élève à 42 euros le MWh.

Ce rapprochement entre Paris et Bruxelles intervient en parallèle du projet de réorganisation du groupe, baptisé “Hercule”, demandé par le gouvernement pour mieux assurer les investissements à la fois dans le parc nucléaire et les renouvelables.

Des syndicats inquiets

Celui-ci suscite l’inquiétude des syndicats de l’entreprise, qui craignent un éclatement du groupe. 31% des salariés ont fait grève jeudi à l’appel des syndicats CGT, CFE-CGC, CFDT et FO, selon la direction, tandis que la mobilisation a atteint 50% selon la CGT.

“Dans le scénario d’une restructuration et d’un prix entre 45 et 50 euros le MWh, nous voyons une hausse du titre de 20 à 40%”, estiment les analystes de Jefferies. Le projet est “un vrai déclencheur positif” pour EDF, selon le bureau de recherche AlphaValue, qui a amélioré sa recommandation du titre de “vendre” à “alléger”, et relevé sa cible de 10,3 à 11,6 euros.

“Cet accord est la condition pour démarrer la mise en oeuvre du projet Hercule, qui vise à scinder EDF (en nucléaire, barrages et lignes à haute tension d’un côté et énergies renouvelables, services et distribution d’électricité de l’autre). La partie restée ouverte au marché sera donc en phase avec la transition écologique, mais surtout sera débarrassée de l’épine du côté qu’est le nucléaire”, estime le broker. Les analystes d’Oddo BHF ont également pris acte de ces avancées et confirmé leur conseil à l’achat ainsi que leur objectif à 14 euros.

(avec AFP)

Quentin Soubranne – ©2020 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur EDF en temps réel :


Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article