EXCLUSIF-Moscou récupérera bien moins que prévu d’une « bad bank »

Mots-clefs : ,

La Russie réduira de façon spectaculaire l’estimation de la somme qu’elle croyait récupérer d’une structure de défaisance (« bad bank ») constituée à la suite de la faillite de trois grands établissements financiers, selon trois sources au fait des nouveaux calculs effectués pour la banque centrale.

Cette dernière a dépensé depuis 2017 plus de 40 milliards de dollars (35,5 milliards d’euros) pour renflouer Otkritie, B&N et Promsviazbank et espérait recouvrer 40% à 60% de leur 2.000 milliards de roubles (27 milliards d’euros) d’actifs transférés à la Trust Bank, la structure de défaisance.

La Banque de Russie, actionnaire principal de la structure de défaisance, ne compte plus récupérer que 20%, en conséquence d’une surévaluation d’origine des actifs en question, suivant les calculs compilés par les responsables de Trust Bank, disent les sources.

Une porte-parole de Trust Bank a dit à Reuters que le pourcentage récupéré faisait encore l’objet d’évaluations. La banque centrale pour sa part n’a pas répondu aux sollicitations de commentaires.

« Le taux de recouvrement réel dépassera à peine 20%; il sera sans doute plus bas », a dit l’une des sources. « Ces actifs ont été surévalués dans un premier temps ».

Une deuxième source table elle sur un taux de recouvrement de 10% à 20%.

Une telle révision risque de saper la confiance envers la banque centrale et pourrait être annonciatrice d’un regain de faiblesse du secteur bancaire, lequel subit les retombées des sanctions occidentales imposées à la Russie à la suite de l’annexion par cette dernière de l’Ukraine en 2014 et de la baisse des cours pétroliers.

En dehors du cantonnement des actifs douteux dans Trust Bank, ex-filiale du groupe bancaire Otkritie, les actifs sains de B&N et d’Otkritie ont été fusionnés au sein d’une nouvelle entité baptisée FC Otkritie, que la Banque de Russie compte vendre dans les deux à trois ans.

Promsviazbank a conservé ses actifs sains et a été réorientée en tant que banque pour le secteur de la défense.

Russian Direct Investment Fund, le fonds souverain russe, est actionnaire minoritaire de la « bad bank » avec pour objectif de préparer la vente de ses actifs.

La Banque de Russie savait que les actifs avaient été surévalués lorsqu’ils ont été incorporés au bilan de Trust Bank, a déclaré Vassili Pozdichev, vice-gouverneur de la banque centrale.

« Lorsque ces actifs ont été ajoutés au bilan, nous avons dit tout de suite que beaucoup d’entre eux avaient été surévalués trois ou quatre fois », a-t-il expliqué. « Nous les avons quand même intégrés au bilan car il vaut mieux avoir des actifs, même surévalués, que ne rien accepter au bilan ».

Partager cet article