FCA (Fiat Chrysler Automobiles) : USA qui rit, Mexique qui pleure

Mots-clefs : , , , ,

FCA (Fiat Chrysler Automobiles) : USA qui rit, Mexique qui pleure

Bonne nouvelle tant pour les salariés que les actionnaires de FCA : le constructeur a récemment annoncé d’importants investissements aux Etats-Unis, dans le Michigan. Ajoutant qu’il allait verser un bonus à ses employés américains. De quoi redonner le sourire effectivement.

FCA va ainsi moderniser son usine d’assemblage de Warren en vue de produire la nouvelle génération de véhicules RAM. La marque ayant actuellement le vent en poupe. Allant dans le sens des souhaits de Donald Trump, la direction du groupe vient ainsi d’annoncer qu’elle allait investir un milliard de dollars dans la modernisation et l’adaptation du site industriel de Warren Plant.

En plus des massifs pick up RAM 2500 et RAM 3500, Warren Plant va produire d’ici à 2020 les futures Jeep Wagoneer et Grand Wagoneer. L’usine du Michigan devrait par ailleurs assurer la production d’une grande partie des véhicules commerciaux du groupe et ce, pour l’ensemble des marchés où ils sont vendus.

Le constructeur a prévu parallèlement de créer 2.500 nouveaux postes sur le site, en plus de ceux d’ores et déjà annoncés il y a un an.

Un bonheur n’arrivant jamais seul, un bonus spécial de 2.000 dollars sera versé à ses 60.000 employés américains, à l’exclusion toutefois de son équipe dirigeante, conformément aux récentes évolutions en terme de fiscalité. Les bons résultats commerciaux et financiers permettent en effet de dégager une enveloppe permettant de récompenser l’effort des 60.000 personnes qui travaillent pour FCA outre Atlantique. Tant à Warren Plant qu’ailleurs.

  • Les investisseurs  ravis 

La Bourse de Milan aura dignement fêté la nouvelle, le titre FCA grimpant de 4,9 % à la faveur de cette annonce.

FCA demeure confiant pour 2018 pour l’ensemble du groupe. La direction semble néanmoins un peu moins sereine quant aux performances des marques Chrysler et Dodge aux USA.

  • Une grosse claque pour le Mexique

Reste que l’annonce devrait beaucoup moindre faire rire les Mexicains. Puisque l’opération consiste notamment à relocaliser aux Etats-Unis à partir de 2020 la production réalisée actuellement au Mexique.

Rappelez-vous : en janvier 2017, des tweets de Donald Trump avaient provoqué un véritable raz de marée chez les constructeurs. Préférant prévenir que guérir, Sergio Marchionne avait indiqué en retour lors du Salon automobile de Detroit que Fiat Chrysler Automobiles(FCA) n’excluait pas de cesser sa production au Mexique dans l’éventualité que la nouvelle administration de Donald Trump ne taxe de manière prohibitive les importations automobiles des Etats-Unis.

« C’est une possibilité, si les conditions économiques imposées par l’administration américaine sont telles qu’une production au Mexique n’a plus de sens économique« , avait déclaré le patron de FCA. Ajoutant que dans tel cas, le constructeur devrait retirer sa production industrielle du Mexique. « C’est tout à fait possible » avait-t-il martelé, laissant ainsi entendre que le sujet était alors on ne peut plus d’actualité parmi les dossiers à traiter en priorité par le constructeur. Le patron de Fiat Chrysler avait préalablement indiqué être dans l’attente des nouvelles règles qui seraient adoptées par l’administration Trump et que son groupe s’y adapterait.

Sergio Marchionne avait prévenu dès janvier 2017  que l’ensemble de l’industrie automobile au Mexique pourrait être mise en péril. Il estimait en effet « que l’industrie automobile mexicaine a été configurée en fonction du marché américain« . Or, « si le marché américain n’est plus là, son existence même peut être remise en cause » jugeait-t-il, alarmiste.

Sources : FCA, Bloomberg, Detroit Free Press

Crédit Photo : FCA

Le Blog Finance

Partager cet article