Forex et options binaires : l'AMF a fait fermer 138 sites illégaux

Mots-clefs : , , , , , , ,

Depuis 2014, les procédures mises en œuvre par l’Autorité des marchés financiers (AMF) ont permis de bloquer 138 plateformes illicites proposant d’investir sur le Forex ou sur des options binaires.

L’Autorité des marchés financiers est mobilisée depuis plusieurs années pour « protéger les épargnants des dangers du trading très spéculatifs », réaffirme-t-elle dans son dernier communiqué. Liste noire des sites n’ayant pas d’agrément, message d’alerte, ou encore interdiction des publicités vantant les produits les plus risqués, l’AMF redouble d’effort pour prévenir et mettre en garde les épargnants contre les dangers de la spéculation et les plateformes non autorisées. Ces sites illégaux commercialisent souvent des produits financiers hautement risqués, comme des opérations sur le marché monétaire (Forex) ou des options binaires, « qui peuvent être synonymes d’escroquerie ou de pertes importantes pour les particuliers », rappelle l’AMF.

Au-delà de la prévention, l’autorité mène depuis 2014 des actions en justice afin de bloquer, en France, les plateformes illicites. Pour ce faire, elle intervient fréquemment auprès du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Paris. « Compte tenu de l’ampleur du phénomène (à ce jour, les listes noires de l’AMF répertorient 445 sites de Forex et/ou options binaires non autorisés), une audience se tient désormais au TGI environ tous les deux mois ». Des efforts qui portent leurs fruits. Depuis près de 4 ans, les procédures mises en œuvre ont permis d’obtenir 47 ordonnances de blocage, menant à la fermeture de 96 sites internet, auxquelles s’ajoutent 42 adresses fermées postérieurement à la procédure. Au total, ce sont donc 138 plateformes qui ont été bloquées depuis 2014.

A lire aussi : Forex et options binaires, les sites ont encore des progrès à faire, selon l’AMF

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article