Grèce : S&P constate le défaut de paiement

Mots-clefs : , , ,

CNBC_Greece_defaults_cover (1).jpgL’agence d’évaluation américaine Standard and Poor’s a constaté lundi le défaut de paiement que constitue l’opération d’effacement de la dette publique grecque lancée vendredi.

S &P a par ailleurs abaissé la note du pays à SD (défaut sélectif).

Une annonce qui ne devrait toutefois pas déplaire à ceux qui ont spéculé sur les CDS (Credit Default Swap ou assurance contre les défauts de paiement) …

Cette note traduit un défaut de paiement partiel indique par ailleurs Standard and Poor’s.

L’agence de notation précise par ailleurs qu’elle envisage de relever la note du pays à CCC – note attribuée à des émetteurs de qualité médiocre présentant un vrai risque de non-remboursement – lorsque l’opération d’effacement de la dette publique grecque aura été intégralement réalisée, étape planifiée à la mi-mars.

Si en juillet dernier, les agences de notation les plus importantes avaient d’ores et déjà indiqué que l’opération d’échange serait assimilée à un défaut de paiement partiel, les analystes prévoyaient toutefois que lesdites agences devraient redonner une note à la Grèce une fois l’opération réalisée.

De son côté, l’International swaps and derivatives association (ISDA), entité de référence, considérée pour sa part que l’opération est volontaire.

De ce fait, elle estime que le montage réalisé ne constitue pas un événement de crédit, et ne peut être assimilée à une modification unilatérale des conditions du contrat passé entre débiteur et créancier, élément susceptible de déclencher le paiement de ces CDS (Credit Defaut Swap).

A la mi-janvier déjà, le lobby bancaire IIF basé à Washington avait montré son impatience  en déclarant que “le temps commence à être compté” pour mener à bien la restructuration et le ré-échelonnement de la dette grecque.
Objectif affiché : éviter un défaut de paiement de la Grèce autour du 20 mars prochain, date à laquelle 14,5 milliards d’euro de sa dette arrivent à échéance.

Mais selon des sources proches du dossier, les fonds spéculatifs   (hedge funds)  détenteurs de dette grecque pourraient néanmoins être intéressés par une faillite de la Grèce, dans la mesure où la situation permettrait de déclencher le versement des assurances qu’ils ont souscrites …

Sources : AFP, Reuters

A lire également :
 

Le Blog Finance

Partager cet article