Guerre de l’ombre au Sahara (Arte) … ou les conflits qui cachent la boulimie de matières premières

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Documentaire pour le moins édifiant à regarder  le 27/01/2015 à 22h45 sur ARTE : « Guerre de l’ombre au Sahara ».

Son contenu  ? La guerre menée par les grande puissances de ce monde pour contrôler les ressources du XXIe siècle … avec au coeur : l’Afrique. Et tout particulièrement le Sahel … et le Mali.
Avec en prime, notamment, des informations que je vous ai transmises au fil des jours sur ce blog … ce qui m’a valu d’être contactée par Bob Cohen, co-réalisateur de ce film avec Éric Nadler. Moment inoubliable …

A présent, tirons-lui notre chapeau pour avoir eu le courage d’affronter la réalité du terrain en face, et de conforter nos éléments ainsi mis en commun, par des enquêtes menées directement sur place, avec les risques encourus !

« Depuis des décennies, la France n’est plus la seule à avoir des vues sur le continent », précise la bande-annonce. Indiquant que « dès les années 1960, la découverte d’immenses gisements de pétrole dans le golfe de Guinée attire un nouvel acteur aux besoins inextinguibles : les États-Unis ».

Le 11 septembre 2001 semble « marquer un tournant » selon les réalisateurs. Lesquels ajoutent que Washington met un pied au Sahara dans le cadre officiel de sa « lutte contre le terrorisme ». Nous sommes bien en phase ….

« En 2007, l’administration Bush renforce son instrument politico-militaire, à travers Africom, visant notamment à quadriller la région. Mais derrière ce combat se cachent d’autres batailles : la zone saharienne contient les plus grandes réserves pétrolières d’Afrique, mais aussi de l’uranium, du fer, de l’or… Parallèlement, « la France renforce sa présence militaire sur le continent »  poursuit la bande-annonce.

Alors que le pays intéresse fortement les majors pétrolières telles que Total pour les immenses ressources énergétiques du bassin de Taoudeni,  situé à cheval sur les  territoires  du Mali  donc, mais également de la Mauritanie, du Niger et de l’Algérie, ce sont également  des réserves de gaz  situées à la proximité de la capitale Bamako et  ses mines d’or qui pourraient également attirer  les convoitises, indiquais-je pour ma part dès janvier 2013. Ajoutant qu’il fallait également compter sur le coltan, matière première fort recherchée rentrant dans la fabrication des téléphones portables.

Parallèlement, j’indiquais que la carte d’implantation  d’AQMI (Al Qaïda au Maghreb islamique) au Sahel ressemblait « étrangement » à celle de l’implantation des ressources pétrolières de la région, l’un pouvant même se superposer à l’autre …

Toujours en janvier 2013, j’ajoutais que le New York Times avait indiqué  que   trois des quatre unités d’élite maliennes à commandement touareg formées par les États-Unis dans les années 2000 étaient passées dans le camp des rebelles lors du conflit de 2012.

Tout  était dit en une simple petite phrase  … ou presque. Puisque nous apprenons ainsi tout d’abord  que les Etats-Unis ont « investi » dans la formation de militaires  maliens,  lesquels  – ironie de l’histoire  ou  ultime étape d’un plan proche d’une  stratégie du chaos  – ont par la suite retourné  leurs treillis pour désormais affronter  les forces  militaires  du Mali. Pas étonnant en sorte, que  l’armée française trouve  les rebelles fort bien entraînés … tirant ainsi – sans le vouloir ou dans un message de « reconnaissance » à peine voilée –  un formidable coup de chapeaux aux   instructeurs américains.

Quant au documentaire diffusé sur Arte, il inscrit les dernières opérations militaires dirigées par les États-Unis et la France dans « ce contexte de contrôle des ressources africaines » : « la Libye est un producteur majeur de pétrole, le Mali abrite d’importantes quantités d’uranium, alors que le Centrafrique occupe une place stratégique dans la région ».
Les réalisateurs Bob Coen et Éric Nadler donnent la parole à de nombreux intervenants en vue montrer comment les grandes puissances industrielles se positionnent.

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 27 janvier 2015

A lire également :

Niger : après l’Africom US, la France déploie des drones pour lutter contre le terrorisme au Sahel

Chine : main basse sur les matières mondiales, de l’Ukraine au Mali, via le Sénégal

Sénégal : au cœur des discussions sur la paix et la sécurité en Afrique avec France et Espagne

Burkina Faso : un coup d’Etat fomenté par les Etats-Unis ?

Burkina Faso : l’armée prend le pouvoir d’un pays stratégique pour le transit de l’uranium du Niger, partenaire de l’Iran


Le Blog Finance

Partager cet article