Hard Brexit : problèmes d’électricité et de train en Irlande ?

Mots-clefs : , , , , ,

Hard Brexit : problèmes d’électricité et de train en Irlande ?

Nouvel impact négatif du Brexit à prévoir pour l’Irlande ? Selon le gouvernement britannique, une sortie non négociée de l’Union européenne pourrait engendrer une pénurie d’électricité ou l’arrêt de liaisons ferroviaires sur l’île irlandaise.

C’est ce qu’il ressort en effet d’une quatrième série de notes techniques sur les conséquences éventuelles d’un hard Brexit, publiées par le gouvernement . Ces dernières se veulent être un guide pour les citoyens et aux milieux d’affaires pour organiser une rupture sans accord, programmée le 29 mars 2019. Scénario qu’il est urgent de prévoir même si Londres tente de rassurer face au chaos que cela pourrait engendrer, en estimant un hard Brexit “improbable”.

Des accords pour compenser la sortie du marché de l’énergie

En ce qui concerne le secteur de l’électricité, le gouvernement britannique souligne la nécessité de développer “des arrangements commerciaux alternatifs” en vue de compenser la sortie du Royaume-Uni du Marché intérieur de l’énergie européen. Il serait temps d’y penser … les négociations sur un tel sujet risquant d’être longues et fastidieuses.

Tentant là aussi de rassurer, le gouvernement ajoute qu’il prendra “toutes les mesures possibles” pour éviter la disparition du Marché unique de l’électricité sur l’île d’Irlande pour éviter que des sujets de sa majesté ne soient impactés par des pénuries. Rappelons que ce territoire intègre à la fois la république d’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord.

L’exécutif prévient d’ores et déjà qu’il pourrait être nécessaire de rechercher des sources d’énergie supplémentaires pour garantir la sécurité de l’approvisionnement”.

Des accords bilatéraux pour maintenir les liaisons ferroviaires

S’agissant du transport ferroviaire, le gouvernement britannique indique qu’il cherche “à conclure des accord bilatéraux” avec la France, la Belgique et les Pays-Bas pour maintenir leurs liaisons avec eux à travers le tunnel sous la Manche. Une même politique est menée en parallèle pour garantir les liaisons entre les deux parties de l’île irlandaise.

Reste encore une fois, comme dans le secteur automobile, que l’aspect réglementaire en terme de normes et licences n’a pas été anticipé …. il faut dire que cela pourrait ressembler à un véritable casse-tête. L’exécutif tient ainsi à
préciser que les licences d’exploitation accordées par l’Office of Rail and Road – l’autorité britannique de régulation – ne seront plus reconnues dans les pays de l’UE.

En ce qui concerne le compagnies étrangères opérant au Royaume-Uni, le gouvernement propose de repousser de deux (à compter de la date de sortie) la validité des licences déjà accordées.

Sources : AFP, gouvernement britannique

Elisabeth Studer – 14 octobre 2018 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article