ICE : rachat de l’opérateur SMX, un pas de plus vers les matières premières en Asie

Mots-clefs : , , , ,

ICE, opérateur boursier américain récemment acquéreur de NYSE Euronext, vient d’annoncer le le rachat de l’opérateur singapourien SMX (Singapore Mercantile Exchange), spécialisé dans les matières premières et les changes. Montant de l’opération : 150 millions de dollars.

Objectif : se renforcer considérablement en Asie, continent prometteur quant aux développements des échanges dans les matières premières et les produits dérivés. Précisons en effet que SMX est actif dans les contrats à terme sur les métaux, les devises, l’énergie et les matières premières agricoles.

ICE annonce par ailleurs que dès la procédure d’acquisition bouclée, il évaluera la stratégie de SMX en vue de s’assurer que l’offre proposée corresponde aux besoins des acteurs régionaux du marché. La transaction devrait être bouclée d’ici la fin 2013, après obtention des autorisations réglementaires.

A l’heure actuelle, SMX appartient au groupe indien, Financial Technologies, lequel détient une série de places boursières, dont 26% de la bourse indienne MCX (Multi Commodity Exchange), la troisième bourse de commodités du monde.

Via cette acquisition, ICE souhaite élargir sa base d’utilisateurs et de marchés en Asie « en établissant une présence locale dans les échanges et la compensation ». L’opération lui offrant une avance non négligeable dans l’accès aux marchés asiatiques par rapport à ses concurrents que sont CME Group et Deutsche Börse, ce dernier envisageant de créer sa propre chambre de compensation à Singapour.

A un niveau plus général, cette nouvelle acquisition confirme la tendance actuelle d’une consolidation du secteur des marchés boursiers mondiaux.

Ainsi le 13 novembre dernier, ICE a lui-même conclu le rachat de l’opérateur NYSE Euronext, lequel chapeaute les Bourses de New York et de Paris, donnant ainsi naissance à un véritable poids lourd mondial des marchés financiers et mettant fin à deux siècles d’indépendance de la Bourse de New York.

Parallèlement, ICE a annoncé son intention de se séparer d’Euronext, version européenne de NYSE Euronext, via une introduction en Bourse en 2014. Opération qui suscite l’intérêt d’autres groupes boursiers en vue d’obtenir une taille critique leur permettant d’affronter la concurrence.

Le London Stock Exchange (LSE), le Deutsche Boerse et l’américain Nasdaq OMX Group, envisageraient ainsi de déposer des offres sur Euronext, selon le Wall Street Journal.

Elisabeth Studer – 28 novembre 2013 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article