Il faut plus de produits d’épargne solidaire, demande Pierre-René Lemas (France Active)

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

L’investissement dans l’économie solidaire prend de plus en plus de poids. Pierre-René Lemas, président de France Active, association et société de gestion dont l’objectif est notamment d’investir l’argent des épargnants dans des entreprises d’économie sociale et solidaire le sait bien, l’encours total de ses investissements atteint désormais 12,6 milliards d’euros, quatre fois plus qu’en 2012, dans pas moins de 35.000 entreprises.

Invité sur le plateau de Good Morning Business sur BFM Business, l’ancien directeur général de la Caisse des Dépôts, rappelle que la finance solidaire est source de créations d’entreprises et d’emplois. “Nous contribuons à créer 40.000 emplois par an”, souligne-t-il. “Et ces entreprises que nous soutenons (…) lorsqu’elles créent un emploi une année, cinq ans après, elles ont créé 4 emplois”. France Active participe à la création, à l’amorçage et/ou au développement de ces entreprises.

Disposition “formidable” dans la loi PACTE

Mais pour Pierre-René Lemas, il faut que les banques et les assureurs proposent plus de produits d’épargne à vocation solidaire et informent mieux, en expliquant par exemple que ces produits sont rentables… “J’ai besoin de plus d’argent pour pouvoir plus investir au service de plus d’entreprises, c’est à dire sortir beaucoup plus de chômeurs de la situation difficile où ils sont (…) et puis investir dans l’économie solidaire”.

Et de poursuivre: “Aujourd’hui, vous épargnant, si vous voulez épargner dans l’épargne solidaire, qu’est ce que vous faites? Vous allez à la banque, la banque le sait ou le sait pas, ils ont des produits d’épargne solidaire. Je voudrais qu’ils fassent plus de publicité pour cette épargne solidaire. Deuxièmement, ce que je voudrais, dans tous les produits qu’on vous présente aujourd’hui, l’assurance-vie, le PER, l’épargne retraite… on généralise une idée simple, c’est qu’on doit vous proposer dans ces produits au moins un produit d’épargne solidaire, au moins un. Je ne demande pas que ce soit obligatoire”. 

A l’image du fléchage de l’assurance-vie vers les start-up voulu par Emmanuel Macron? “Je pense que ce serait une bonne voie mais je ne demande même pas qu’on l’exige, je demande que tous les acteurs financiers le proposent. Et on a été entendus d’ailleurs: dans la loi PACTE, Bruno Le Maire a accepté une disposition qui est formidable mais qui ne sera mise en oeuvre qu’en 2022 qui rendra obligatoire, par exemple sur l’assurance-vie, ce produit d’épargne solidaire. Au moins un. Et en plus, vous savez, avec l’épargne solidaire, on peut gagner de l’argent!”

Votre argent RSS – economie

Partager cet article