Immobilier: après l'euphorie, les prix baissent à Bordeaux

Mots-clefs : , , , , ,

Alors que les prix dans l’ancien ont récemment franchi le cap des 9000 euros le mètre carré à Paris et continuent de grimper (9040 euros au quatrième trimestre 2017, soit une hausse de 8,6% en un an, d’après les notaires), ils commencent à s’essouffler à Bordeaux, deuxième ville la plus chère de France après la capitale.

C’est le constat de MeilleursAgents, qui a publié ce mardi son baromètre national des prix de l’immobilier. L’étude évoque un « refroidissement du marché à Bordeaux après de nombreux mois de hausse ininterrompue (+10% sur les 12 derniers mois) ». En effet, les prix atteignent aujourd’hui les 4253 euros le mètre carré en moyenne, soit une baisse de 0,7% par rapport à février. 

Faut-il y voir un début de correction après la surchauffe? Interrogée par le site d’estimations, l’agence Square Habitat Bordeaux Nansouty estime que le marché bordelais « se tend un peu » avec des prix qui ont augmenté de presque 17% en 2017. « On peut imaginer qu’ils ont atteint un pic. Le problème c’est qu’avec ces prix élevés, les biens peinent à trouver acquéreur », ajoute ce même professionnel. 

Une baisse de prix à relativiser?

« Une maison que nous avions estimée 420.000 euros a été proposée à 500.000 euros par une agence concurrente qui a obtenu le mandat. Aujourd’hui le bien est affiché à 420.000 euros et n’est toujours pas vendu. Par ailleurs, la demande est en baisse et les prises de décision des acheteurs sont plus longues. Le deuxième trimestre va être décisif: va-t-on basculer sur cette tendance ou va-t-on faire face à une stagnation? », s’interroge MeilleursAgents.

Cette petite baisse de régime en mars est donc peut-être à relativiser. D’autant que les tarifs dans la préfecture de la Nouvelle Aquitaine affichent une hausse de plus de 10% sur un an, contre une moyenne national de « seulement » 1,3%. À en croire les professionnels, cette flambée de l’immobilier bordelais s’explique par un effet « rattrapage », mais également par le phénomène LGV qui relie désormais Paris à Bordeaux en à peine deux heures (contre 3h15 auparavant).

Votre argent RSS – economie

Partager cet article