Japon : 2 réacteurs nucléaires mis en maintenance

Mots-clefs : , , ,

japan-mihama-nuclearplant.jpg Pour un peu cela serait inquiétant …

Alors que la catastrophe de Fukushima n’a pas dit son dernier mot et que ses conséquences pourraient être beaucoup plus importantes que celles affichées par le gouvernement japonais, la compagnie d’électricité japonaise de l’ouest, Kansai Electric Power a annoncé qu’elle allait placer en maintenance deux réacteurs … dont l’un est arrêté depuis plusieurs jours à cause d’un problème technique.

Le Japon voit une nouvelle fois ses capacités énergétiques fortement diminuer, 7 unités étant désormais en service sur 54.

Dimanche, le réacteur Mihama 2 entrera en maintenance régulière pour une durée de 5 mois, après avoir été stoppé la semaine dernière en raison d’un souci de valve  liée au système de refroidissement nous dit-on.

Mercredi 7 décembre, le groupe japonais Kansai avait en effet annoncé mettre à l’arrêt le réacteur nucléaire 2 de la centrale de Mihama d’une puissance de 500 mégawatts (MW). Cet arrêt d’urgence devançant de onze jours l’arrêt planifié pour maintenance.

Il intervient suite à la détection d’une fuite d’eau sur une valve du circuit primaire du réacteur. Le problème a été détecté à l’intérieur de l’enceinte de confinement et n’a entrainé aucune fuite radioactive … indique la compagnie. Pourquoi, y aurait-il un risque ?

Par ailleurs, un autre réacteur de Kansai Electric, Ohi 2, qui était revenu en exploitation commerciale le 17 novembre 2010, a quant à lui été arrêté ce vendredi, et ce pour une durée de 4 mois minimum.

Au final, Kansai Electric Power n’aura plus qu’un réacteur en service sur onze, la dernière unité, Takahama 3, d’une puissance de 870 MW, devant être stoppée pour entretien d’ici à fin février.

Après l’arrêt de Mihama 2 et Ohi 2, seulement sept unités seront encore en service au Japon sur un parc de 54 réacteurs.

Une autre unité devrait être mise à l’arrêt avant la fin du mois.

Rappelons qu’à la suite de la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima, une quinzaine de réacteurs ont été stoppées dans les centrales du nord-est, deux autres tranches présentant des risques ayant été également mises à l’arrêt à Hamaoka.

Le redémarrage de tous les autres réacteurs stoppés pour maintenance ou à cause des secousses sismiques est conditionné à de nouveaux tests de résistance et à l’approbation des autorités locales.

Ainsi, depuis la catastrophe de Fukushima, les réacteurs japonais sont progressivement arrêtés pour maintenance sans possibilité de redémarrage une fois les opérations prévues réalisées. A l’heure actuelle, les autorités locales, qui doivent être consultées avant tout redémarrage, s’y opposent.

Compte-tenu de la réduction de la capacité de production électrique nucléaire, les entreprises et les particuliers doivent réduire leur consommation, tandis que des centrales thermiques sont remises en exploitation.

Sources : AFP, Reuters

Le Blog Finance

Partager cet article