JC DECAUX SA. : En 2018, JCDecaux a réussi à absorber l'impact du Vélib' et de l'affichage urbain à Paris

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Porté par le développement de l’activité dans les transports, le bénéfice du numéro 1 mondial du mobilier urbain a progressé l’an dernier en dépit des déconvenues en France. Après trois années de stagnation, JCDecaux est donc en mesure d’augmenter son dividende.

Après trois séances de repli, la publication des résultats détaillés de l’exercice écoulé de JCDecaux rassure les investisseurs, entraînant un rebond de 3,84% du titre vers 10h15 à 27,60 euros. Si l’annulation du contrat provisoire des mobiliers urbains d’information de Paris et le non-renouvellement de Vélib’ en France, confié au nouveau venu Smovengo, ont pesé sur la rentabilité opérationnelle de la branche mobilier urbain, le groupe a néanmoins vu son bénéfice net progresser de 6,6% l’an dernier.

Le groupe contrôlé par la famille Decaux, qui avait déjà fait état d’un chiffre d’affaires annuel record à 3,62 milliards d’euros, a présenté jeudi matin le détail de ses résultats pour l’exercice écoulé.

Une marge opérationnelle sous pression

En 2018, la marge opérationnelle ajustée a atteint 655,1 millions d’euros, affichant ainsi une modeste progression de 0,2%, nettement moindre que celle du chiffre d’affaires (+6,6%) ce qui traduit une diminution du taux de marge de 18,7 à 18,1%.

Une contraction qui découle exclusivement d’une moins bonne performance dans le mobilier urbain où la marge a fondu de 8,4% à 385 millions d’euros, affectée par l’annulation du contrat provisoire des MUI (mobiliers urbains d’information) de Paris et le non-renouvellement de Vélib’, mais aussi par le coût du démarrage de nouveaux contrats décrochés ces derniers temps en Australie. A contrario, la marge opérationnelle dans le pôle transport (affichage dans les aéroports, les stations de métro…) a bondi de 18% en 2018 à 209,7 millions d’euros, grâce à une croissance à deux chiffres en Asie-Pacifique. Enfin, l’affichage publicitaire classique (panneaux privés) a vu sa marge opérationnelle progresser de 8,6% à 60,4 millions d’euros.

Quant au résultat net (part du groupe) de l’exercice, il s’est établi à 217,7 millions d’euros, en augmentation de 6,6%, favorisé par une moindre imposition (en raison du changement du taux d’impôt fédéral aux États-Unis) et une diminution des charges financières grâce au remboursement en février de l’emprunt obligataire de 500 millions d’euros que JCDecaux avait émis en 2013.

Un dividende en hausse, une première depuis 3 ans

Dans ce contexte, après avoir maintenu son dividende à 0,56 euro au cours des trois précédentes années, la société portera celui-ci à 0,58 euro, sous réserve de l’assentiment des actionnaires conviés à l’assemblée annuelle le 16 mai.

Oddo BHF a souligné jeudi matin dans une note que JCDecaux avait ainsi légèrement dépassé les attentes, et réitéré en conséquence son conseil d’achat pour viser 37 euros.

Le président du directoire et co-directeur général, Jean-Charles Decaux, a par ailleurs indiqué anticiper au premier trimestre 2019 une croissance organique de plus de 5% du chiffre d’affaires ajusté, grâce à « une très bonne dynamique commerciale en Chine et en Amérique du Nord ». Selon Oddo BHF, l’ouverture de l’aéroport de Canton devait ainsi porter la croissance, tandis qu’a contrario l’annulation du contrat des MUI à Paris -perdu en janvier 2018- ne devrait plus avoir d’impact.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur JC DECAUX SA. en temps réel :


Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article