La Bourse de Paris accaparée par les publications d'entreprises (-0,37%)

Mots-clefs : , , , , ,

La Bourse de Paris manquait de catalyseur mercredi matin (-0,37%), les investisseurs étant accaparés par moult résultats d’entreprises et l’entrée inopinée de l’Etat néerlandais au capital d’Air France-KLM en attendant du nouveau sur les négociations commerciales sino-américaines.

A 09H55 (08H55 GMT), l’indice perdait 19,19 points à 5.219,39 points. La veille, la cote parisienne avait fini en légère hausse de 0,13%.

« Les principales thématiques qui agitent les marchés depuis des mois connaissent des développements divers jour après jour », note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

L’hyptohèse d’un report du Brexit « a gagné du terrain » et, par ailleurs, le patron de la banque centrale américaine (la Fed) « Jerome Powell a justifié la nécessité que la Fed fasse preuve de patience » avant toute décision sur les taux en raison des perspectives d’inflation, souligne l’analyste.

Sur le dossier commercial entre Washington et Pékin, « les investisseurs sont dans le flou sur l’état réel des négociations et donc sur la capacité des deux capitales à parvenir à un accord », poursuit-il.

L’optimisme affiché dans les deux camps sur leurs discussions commerciales avait aidé à soutenir les marchés boursiers en début de semaine.

Jerome Powell devait prononcer dans la journée la deuxième partie de son discours semestriel de politique monétaire devant la Commission des affaires financières de la Chambre des représentants.

Donald Trump devait, quant à lui, retrouver mercredi soir à Hanoï le dirigeant nord-coréen Kim Jong auquel il a prédit un avenir radieux si son pays s’engage sur la voie de la dénucléarisation.

« La rencontre entre le président nord-coréen et américain ne devrait pas apporter grand-chose aux indices », selon les experts de Mirabaud Securities Genève.

« Pendant ce temps-là, les investisseurs sont aux prises avec une foule d’incertitudes : où en sommes-nous dans les tensions commerciales sino-américaines, quelle est la suite avec le Brexit, où va la croissance mondiale ? », questionne de son côté Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

La Première ministre britannique Theresa May soumet mercredi au vote des députés une motion pour prolonger les pourparlers avec Bruxelles sur un accord de Brexit, tout en leur proposant un mécanisme de report de la date du divorce (prévue le 29 mars) en cas d’échec des discussions.

En zone euro, les investisseurs devaient surveiller la confiance des consommateurs (février) et les prêts au secteur privé (janvier). Les commandes industrielles pour décembre sont attendues aux Etats-Unis

Air France-KLM pique du nez

Air France-KLM plongeait de 11,31% à 11,29 euros après la prise de participation inopinée de l’Etat néerlandais à hauteur de 12,68% dans Air France-KLM.

Suez avançait de 1,92% à 11,69 euros au vu de bénéfices qui ont fortement progressé l’an dernier, et d’une nouvelle année de croissance attendue en 2019.

bioMérieux profitait (+6,66% à 73,70 euros) du dépassement de ses objectifs l’an dernier.

Arkema se repliait de 2,58% à 86,88 euros, en raison d’une prévision d’Ebitda « comparable au niveau record de 2018 », mais « en légère baisse » au premier trimestre.

Safran réagissait peu (-0,46% à 119,75 euros) au dépassement des objectifs financiers du groupe en 2018.

Altice Europe prenait 2,46% à 1,90 euros. Le groupe va ouvrir à des investisseurs extérieurs ses activités de fibre optique au Portugal, valorisées à entre 4,7 et 7 milliards d’euros, a appris l’AFP mardi de source proche du dossier.

SES avançait de 3,62% à 18,48 euros, le groupe prévoyant pour l’exercice en cours des revenus globaux quasiment stables par rapport à 2018, avant une accélération anticipée sur 2020.

Altarea Cogedim s’effritait de 0,33% à 180,20 euros, la foncière n’ayant pas donné d’objectifs précis pour cette année.

Tessi gagnait 2,30% à 156 euros, son actionnaire majoritaire Pixel Holding ayant porté à 71% sa participation à l’issue d’une offre publique d’achat.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article