La Bourse de Paris bien orientée à mi-séance (+0,85%)

Mots-clefs : , , , , ,

La Bourse de Paris évoluait en hausse mardi à mi-séance (+0,85%), les investisseurs retrouvant goût pour les actifs risqués après un début de semaine poussif.

A 13H39 (11H39 GMT), l’indice CAC 40 gagnait 46,51 points à 5.523,69 points dans un volume d’échanges de 933 millions d’euros. La veille, il avait fini quasi stable (-0,03%).

La cote parisienne a ouvert en petite hausse avant d’accentuer ses gains en cours de matinée.

La Bourse de New York s’orientait elle aussi vers une ouverture dans le vert. Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, gagnait 0,35%. Celui de l’indice élargi SP 500 prenait 0,22%, tandis que celui du Nasdaq, à dominante technologique, montait de 0,30%

Les investisseurs semblaient profiter de l’absence de nouveau développement dans le conflit commercial entre Pékin et Washington pour se repositionner sur le marché et effectuer des achats à bon compte.

« Les marchés actions européens montent ce matin dans le sillage de clôtures positives en Asie. La confrontation entre l’administration Trump et Pékin se poursuit, mais durant l’accalmie, les opérateurs sont revenus pour acheter des actions relativement bon marché », analyse dans une note David Madden, un analyste de CMC Markets.

L’entrée en vigueur mardi d’une première vague de sanctions américaines contre Téhéran, largement anticipée, n’a pas pesé sur la tendance.

Atos pénalisé

Du côté des indicateurs, l’agenda était plus fourni que la veille.

Le déficit commercial français s’est creusé légèrement en juin, atteignant 6,2 milliards d’euros contre 6 milliards le mois précédent. En Allemagne, l’excédent commercial s’est contracté à 19,3 milliards d’euros en juin, tandis que la production industrielle a légèrement reculé en juin, de 0,9% sur un mois après un rebond de 2,4% en mai.

Sur le front des valeurs, Bonduelle chutait de 6,44% à 29,80 euros. Si le groupe a publié un chiffre d’affaires annuel en hausse de 21,4% lors de son exercice décalé 2017-2018, il a toutefois prévenu que la progression du chiffre d’affaires et de la rentabilité serait limitée pour 2018-2019.

Atos était pénalisé (-9,14% à 101,35 euros) par un abaissement de sa recommandation à « sous-performer » par Credit Suisse.

Vicat était aidé (+1,29% à 54,90 euros) par une progression de son bénéfice net de 47% au premier semestre, à 59 millions d’euros.

Le secteur automobile était dans le vert, à l’image de Peugeot (+1,23% à 24,67 euros), Renault (+1,14% à 73,02 euros), Faurecia (+2,62% à 55,64 euros) et Valeo (+1,47% à 41,48 euros).

Airbus gagnait 1,54% à 109,48 euros après avoir annoncé avoir livré en juillet 77 avions, portant à 380 le nombre total de livraisons en sept mois, et a enregistré des commandes pour huit A350, le dernier né de sa gamme long-courrier.

Maisons France Confort prenait 5,29% à 43,80 euros, soutenu par une hausse de ses revenus de plus de 10% au second trimestre.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article