La Bourse de Paris démarre du bon pied (+0,33%)

Mots-clefs : , , , ,

La Bourse de Paris montait légèrement vendredi matin (+0,33%), aidée par Wall Street et par l’espoir d’un apaisement des tensions commerciales, à l’aube d’une séance riche en indicateurs.

A 09H15 (07H15 GMT), l’indice CAC 40 prenait 17,67 points à 5.345,79 points. La veille, il avait fini proche de l’équilibre (-0,08%).

« L’affrontement commercial entre les Etats-Unis et la Chine inquiète un peu moins les investisseurs », a estimé David Madden, un analyste de CMC Markets.

Au cours de la semaine écoulée, Washington et Pékin se sont dit prêts à reprendre le dialogue pour éviter une escalade de leur guerre commerciale, qui commence à faire souffrir les entreprises américaines implantées chez le grand rival asiatique.

« L’absence de propos menaçants de la part des deux acteurs a créé un sentiment optimiste chez les investisseurs, ce qui a permis aux principaux indices américains de renouer avec leur mouvement haussier », a précisé M. Madden.

Outre la géopolitique, les investisseurs vont devoir digérer une série de statistiques.

« Economiquement, la séance sera tournée vers les Etats-Unis avec plusieurs indicateurs prévus cet après-midi qui risquent de ne pas être suffisants pour départager ceux qui voient une fin de cycle imminente aux Etats-Unis et ceux qui croient que, cette fois, c’est différent, la croissance est là pour durer », a commenté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Valeurs technologiques dans le vert

Les investisseurs prendront connaissance des ventes au détail et de la production industrielle aux Etats-Unis en août. La première estimation de la confiance des consommateurs en septembre est également attendue.

Côté européen, la Banque de France a publié ses prévisions macroéconomiques. La croissance dans le pays devrait atteindre 1,6% en 2018, 2019 et 2020, tandis que l’inflation devrait s’afficher à 2,1% en 2018, 1,7% en 2019 et 1,8% en 2020.

Avant la séance parisienne, Pékin a également publié plusieurs chiffres clés.

Les investissements en capital fixe en Chine ont continué de s’essouffler en août à des niveaux jamais vus, un signe alarmant pour le géant asiatique.

En revanche, les ventes de détail du pays ont accéléré plus qu’attendu en août. De son côté, la production industrielle a gonflé de 6,1%, une petite accélération conforme aux anticipations du marché.

En matière de valeurs, les titres technologiques étaient bien orientés, dans le sillage de la hausse du Nasdaq. STMicroelectronics gagnait ainsi 2,12% à 15,92 euros et Soitec 1,94% à 63,00 euros.

Airbus grignotait 0,62% à 106,30 euros, dans la foulée de l’annonce de la nomination de Christian Scherer au poste de directeur commercial, en remplacement d’Eric Schulz qui sera resté moins d’un an à ce poste et à quelques mois de l’expiration du mandat du patron du groupe Tom Enders.

ArcelorMittal gagnait 1,07% à 25,00 euros, après la validation par les travailleurs du sidérurgiste italien Ilva de l’accord signé par les syndicats concernant le rachat de l’entreprise par le géant mondial de l’acier.

JCDecaux s’adjugeait 0,54% à 29,72 euros, soutenu par l’annonce d’un nouveau contrat de plus de 314 millions d’euros sur cinq ans afin d’équiper les gares britanniques gérées par Network Rail d’écrans numériques.

Esker grappillait 0,34% à 59,20 euros, porté par des résultats semestriels en nette progression et par la perspective d’une seconde moitié d’exercice encore meilleure.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article