La Bourse de Paris finit en petite hausse (+0,20%) après l'inflation américaine

Mots-clefs : , , , , , , , ,

La Bourse de Paris a fini en petite hausse jeudi (+0,20%), profitant de la tendance positive de Wall Street après des chiffres d’inflation un peu inférieurs aux attentes outre-Atlantique.

L’indice CAC 40 a gagné 11,32 points à 5.545,95 points, à un niveau qui n’avait plus été atteint depuis le 23 janvier, dans un volume d’échanges faible de 2,2 milliards d’euros. La veille, il avait fini en progression de 0,23%.

La cote parisienne est demeurée ancrée près de l’équilibre durant la plus grande partie de la séance, particulièrement calme en raison du jour férié de l’Ascension. Elle a finalement gagné du terrain peu avant la clôture, prenant exemple sur la Bourse de New York.

La principale actualité économique du jour venait des Etats-Unis, qui ont publié des chiffres d’inflation légèrement inférieurs aux attentes, écartant le risque d’une accélération par la Réserve fédérale américaine de son resserrement monétaire.

Par ailleurs, les tensions croissantes entre l’Iran et Israël, après le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, n’ont pas pesé sur l’indice parisien.

Toutefois, les investisseurs continuaient de prêter attention aux cours du pétrole, anticipant une réduction de l’offre mondiale d’or noir alors que l’Iran est le troisième plus grand producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Enfin, les opérateurs ont pris connaissance de la décision de la Banque d’Angleterre, qui a laissé sa politique monétaire et son taux directeur inchangés, prenant acte d’un ralentissement de la croissance prévue à seulement 1,4% en 2018.

Sur le terrain des valeurs, Aperam a profité (+2,36% à 41,56 euros) de ventes en progression de 1,5% au premier trimestre 2018, malgré un bénéfice net en légère baisse de 3,4%.

TechnipFMC a fini en queue du CAC 40 (-3,73% à 26,81 euros), pénalisé par un bénéfice net inférieur aux attentes des analystes, même si le groupe est sorti du rouge au premier trimestre et a confirmé ses objectifs.

Total a baissé (-0,13% à 52,71 euros) dans la foulée de l’annonce de la conclusion d' »un accord stratégique » pour acquérir 25% du capital de l’américain Clean Energy Fuels et en devenir le principal actionnaire.

EDF a bénéficié (+3,04% à 12,22 euros) d’un chiffre d’affaires en augmentation de 3,7% au premier trimestre et de la confirmation de ses objectifs financiers pour l’année.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article