La justice confirme la saisie de la villa au cœur de l'affaire Kerimov

Mots-clefs : , , , , , ,

La saisie pénale de la villa « Hier », une propriété au cœur de l’affaire impliquant le milliardaire russe Souleïman Kerimov, a été confirmée par la cour d’appel d’Aix-en-Provence, a-t-on appris samedi auprès d’une source proche du dossier.

M. Kerimov a été interpellé lundi à Nice puis mis en examen mercredi pour blanchiment aggravé de fraude fiscale, provoquant la colère des autorités russes. Il est soupçonné par la justice française d’être, de manière occulte et pour des montants sous-déclarés, le propriétaire de plusieurs villas du cap d’Antibes situées à proximité de la villa « Hier ».

La mise sous séquestre en 2017 de cette propriété avait été contestée par son propriétaire, le financier suisse Alexander Studhalter, mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale dans le dossier.

La chambre de l’instruction a rendu cette décision jeudi, indique la même source, confirmant une information de Nice-Matin.

Le financier suisse, dont la famille a fait fortune dans l’outillage professionnel avec la marque Hilti, est soupçonné d’avoir servi de prête-nom à Souleïman Kerimov pour l’acquisition de plusieurs propriétés du cap d’Antibes, havre pour milliardaires de la Côte d’Azur.

M. Studhalter avait été mis en examen une première fois en mai 2015, avant d’obtenir un an plus tard l’annulation de cette décision, puis d’être de nouveau mis en examen en mai 2017, toujours pour blanchiment de fraude fiscale. Le versement d’une caution de 1 million d’euros lui avait été imposé mais il en a obtenu l’annulation. M. Studhalter a introduit une nouvelle requête en nullité de sa seconde mise en examen.

Le sénateur russe originaire du Daghestan Souleïman Kerimov a été soumis, suite à sa mise en examen, à un strict contrôle judiciaire lui imposant notamment de rendre son passeport, de demeurer dans le département des Alpes-Maritimes et d’aller pointer plusieurs fois par semaine auprès d’un service de police. Il a également dû verser une caution de 5 millions d’euros. Il devait pointer vendredi pour la première fois au commissariat.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article