La production automobile du Brésil en chute libre, plombée par la crise

Mots-clefs : , , , , , ,

Très mauvaise passe pour le Brésil. Alors que le pays tente depuis 5 ans de faire face à un ralentissement économique désormais transformé en véritable crise depuis 2015, la production automobile brésilienne a chuté de 22,8% en 2015 par rapport à 2014, selon l’annonce faite jeudi par l’Association de fabricants (Anfavea). Retrouvant ainsi un niveau quasi équivalent à celui enregistré en 2006. 2,42 millions de véhicules (voitures, camions et autocars) sont ainsi sortis des usines brésiliennes en 2015, contre 2,4 millions en 2006, selon l’Anfavea.

3,14 millions de véhicules avaient été fabriqués dans le pays en 2014 contre un record de 3,71 millions en 2013. Une situation qui a eu de nettes conséquences sur l’emploi brésilien. Ainsi, fin décembre, les usines automobiles du Brésil employaient directement 129.776 salariés contre 144.508 il y a un an, ce qui représente une baisse de 10,2%.

2,33 millions de voitures ont été fabriquées en 2015, soit un recul de 21,5% par rapport à 2014, année durant laquelle 2,97 millions d’automobiles étaient sorties des usines. La production de camions a quant à elle dégringolé de 47,1% avec à peine 74.062 unités produites tandis que celle d’autocars chutait de 34,7% (21.498 unités).

Le rythme de la production industrielle est directement en phase avec celui des ventes de véhicules (voitures, camions et autocars) observées dans le pays, ces dernières ayant chuté de 26,55% en 2015 selon les informations communiquées mercredi par la Fédération des concessionnaires (Fenabrave), ce qui constitue le pire résultat depuis 2007. La Fédération attribue également ce recul à la crise politique et économique à laquelle le pays est confronté.

Seul point positif en 2015, selon l’Anfavea : les exportations ont enregistré une hausse de 24,8% en volume. Toutefois leur montant a chuté de près d’un milliard de dollars, s’élevant désormais à 10,49 milliards de dollars, les pays importateurs se tournant désormais vers des modèles moins onéreux.

Reste une bonne nouvelle toutefois : Nissan vient d’annoncer sa volonté d’investir au Brésil pour y produire la Kicks. Malgré la récession économique qui frappe le pays, le constructeur va ainsi investir 750 millions de réals (175 millions d’euros) au cours des trois prochaines années dans la fabrication de ce nouveau modèle, produit local de l’usine de Resende qui sera exporté vers les marchés mondiaux, en commençant par les pays d’Amérique latine. Ce projet devrait permettre de créer 600 emplois supplémentaires sur le site de Resende, portant ainsi ses effectifs à 2 100 personnes. Un investissement qui s’ajoute aux 2,6 milliards de réals (603,5 millions d’euros) investis dans la construction de l’usine de Resende inaugurée en 2014, dont la capacité de production est de 200 000 voitures et 200 000 moteurs par an.

« Le Brésil reste une pièce fondamentale dans la stratégie de Nissan et nous avons une grande foi dans le potentiel du marché brésilien », a tenu à préciser à cette occasion Carlos Ghosn. Lequel juge toutefois « optimiste » la prévision d’un recul de 5 % du secteur en 2016 faite récemment par l’Association brésilienne des constructeurs.

A noter enfin que la banque centrale brésilienne prévoit un recul du PIB de 1,9% pour 2016. Le cas échéant, confirmait, il s’agirait de la première fois depuis 1930-31 que le Brésil serait en récession deux années de suite.

« La crise de 2015 n’a pas connu de précédent en termes de profondeur. Les questions politiques ont fini par contaminer l’économie d’une façon assez forte, en diminuant la confiance du consommateurs et des entrepreneurs », a déclaré pour sa part le président de l’Anfavea Luiz Moan.

Sources : AFP, AWP

Elisabeth Studer – 07 janvier 2016 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article