Le plan d’Axa dans la téléconsultation médicale

Mots-clefs : , , , ,

Les ambitions d’Axa dans la téléconsultation médicale

Lancé en 2015, le service de téléconsultation médicale d’Axa France dépasse les 10 000 examens à distance par an. Ce dispositif, inclus dans des contrats d’assurance santé complémentaire souscrits notamment par des entreprises, concerne 3 millions personnes aujourd’hui. Or la compagnie d’assurance estime que la taille critique se situe à 7 millions de personnes couvertes. En parallèle à des campagnes de souscription, Axa France veut mener des actions de sensibilisation des signataires, en particulier des DRH, afin qu’elles incitent les salariés à sauter le pas et à utiliser le dispositif. Un test lancé en complément, en février 2017, et qui permet une livraison à domicile ou au bureau des médicaments prescrits par le télé-médecin, ne suscite pour l’heure qu’une demande marginale. D’ici la fin de l’année, Axa France espère proposer sa téléconsultation par vidéo. La société attend sur ce point le feu vert de la CNIL.

Barclays fait le pari d’un Brexit positif

Barclays, grand nom de la finance britannique, a communiqué le 22 mai à sa clientèle institutionnelle une note titrée  » buy british « . L’économiste  » stratégie européenne  » de la banque, Dennis Jose, insiste sur la  » robustesse  » de la conjoncture britannique depuis le vote du Brexit et recommande de se renforcer en valeurs made in UK qui en moyennes seraient sous-évaluées de 20%. Barclays recommande par exemple d’acheter des titres comme WH Smith, M&S et Lloyds. Et de s’alléger en actions continentales, notamment Société générale.

Pierre Nora ressuscite Ferdinand Buisson

Signe des temps ? A la rentrée prochaine, sur fond de réforme du CP, Robert Laffont réédite dans sa collection Bouquins le Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire de Ferdinand Buisson (1841-1932) qui fut la  » bible  » des instituteurs sous la IIIe République, avec une préface de Pierre Nora.

Le préfet qui doit se faire oublier

Bertrand Gaume va devoir vite oublier la séquence présidentielle. Préfet de la Corrèze depuis juillet 2015, celui-ci avait en effet accepté d’animer bénévolement avec Antoine Détourné (ex-président du MJS) le  » pôle régalien  » de l’équipe de Benoît Hamon, dont il avait été le dircab. à l’Education nationale. Une initiative difficile à revendiquer aujourd’hui auprès des équipes Macron…

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article