“Le système des retraites aujourd’hui est pétri d’injustices, d’inégalités”, dénonce Laurent Berger (CFDT)

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

Pour l’heure, Laurent Berger n’envisage pas de rejoindre la mobilisation interprofessionnelle prévue le 5 décembre prochain lancée par plusieurs syndicats (CGT et FO en tête) pour s’opposer au projet de réforme de retraites par points. Mais si, après discussions, la réforme des retraites se révélait in fine tout aussi “inacceptable” pour la CFDT que celle de l’assurance chômage, Laurent Berger prévient que le syndicat qu’il représente se mobiliserait “en conséquence”.

Invité ce lundi dans l’émission Good Morning Business sur BFM Business, Laurent Berger tient à le rappeler, le système de retraite par répartition tel qu’il est actuellement présenté par le gouvernement comporte, selon lui, au moins deux problématiques de taille.

“Le système de retraite par répartition souffre de deux problèmes aujourd’hui. D’un problème de lisibilité. A quelques années de la retraite on ne sait pas combien on va toucher et vous voulez que l’on ait confiance dans le système? Eh bien non c’est compliqué. Deux, le système des retraites aujourd’hui, il est pétri d’injustices, d’inégalités. Eh bien, il est question de les résoudre. Ce ne sont quand même pas des questions qui sont non-syndicales. Ce sont des questions syndicales. Donc il faut travailler là-dessus”, assure Laurent Berger.

Garantir les droits acquis

Aussi, pour le Secrétaire général de la CFDT, il convient d’activer différents leviers afin de sécuriser un système de retraite par points dont l’entrée en vigueur devrait progressivement avoir lieu à partir de 2025.

“Ce qu’il faut – plutôt que d’avoir des formules comme cela – (…) c’est avoir une garantie des droits acquis. Cela veut dire quoi? Les droits acquis c’est ce à quoi on a cotisé, qui nous a donné un certain nombre de droits. Il faut garantir cela. Et dans un certain nombre de secteurs, il faut garantir aussi la promesse qui a été faite à un certain nombre de travailleurs de ces secteurs sur la date de départ en retraite pour eux. Donc c’est cela qu’il faut faire”, pointe Laurent Berger.

Et de conclure: “Oui, il faut des périodes de transition relativement longues pour que personne ne soit lésé”.

Votre argent RSS – economie

Partager cet article