Le Venezuela se défait massivement de ses réserves d’or

Mots-clefs : , , , ,

En vue de faire face à une grave crise économique et de pouvoir rembourser sa dette extérieure, le Venezuela se défait de ses réserves d’or. Le pays a même vendu plus de 40 tonnes d’or en février et mars. Selon le FMI, les réserves d’or du pays ont baissé de 16 % au premier trimestre, alors qu’en 2015, les réserves du pays avaient déjà chuté de près d’un tiers.

Aucune banque centrale n’avait cédé autant de barres d’or en trois mois depuis fin 2007, date à laquelle la Suisse avait vendu quelque 90 tonnes rappelle pour sa part Bloomberg. Un élément d’autant plus notable que parallèlement la Russie, la Chine ou le Kazakhstan mènent une stratégie d’augmentation de leurs réserves d’or et qui fait dire même à certains presses comme Trunews  que la Chine «est attirée par l’odeur du sang » alors que le Venezuela accélère ses cessions d’or. Le journal ajoutant que la vente d’or pour 1,7 milliard $ du Venezuela au cours du premier trimestre de 2016 en a fait une cible de choix pour la Chine dans le cadre de sa stratégie de «conquête par le capital » .

En effet, la chute du prix du baril a été fatale pour le Venezuela, le pays étant fortement dépendant de la manne pétrolière. S’il est certes doté des plus grandes réserves au monde, ses recettes d’exportation ont diminué de plusieurs milliards de dollars, tandis que le pays doit désormais importer la quasi-totalité des produits qu’il consomme. Alors que la plupart des économistes prévoient une contraction à deux chiffres de son PIB, l’inflation pourrait dépasser la barre de 500 % en 2016.

Autre fait notable : entre janvier et mars, le pays a envoyé près de 60 tonnes en Suisse, selon d’après les données des douanes helvétiques. Soit, l’équivalent de plus de 2,5 milliards de dollars. Certains analystes estiment que cet or pourrait servir de garantie pour un prêt de cash auprès de banques.

En février dernier, Reuters avait révélé que la Banque centrale du Venezuela négociait avec Deutsche Bank en vue d’effectuer des « swaps » sur or, opérations qui consistent à échanger des devises contre de l’or physique, afin d’améliorer ses réserves de change.
En vue d’attirer les devises étrangères, le gouvernement a également décidé de relancer ses mines d’or, dont la production s’est effondrée depuis leur nationalisation en 2011.
Plusieurs accords ont ainsi été signés avec des groupes canadiens et chinois. En cas de certification, les réserves de l’Etat de Bolivar représenteraient les deuxièmes gisements les plus importants au monde après l’Australie.

Elisabeth Studer – 27 mai 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Venezuela : plombé par cours du pétrole et Moody’s, le pays se tourne vers la Russie

Venezuela : Moody’s abaisse la note du pays, plombé par la chute des cours du pétrole


Le Blog Finance

Partager cet article