Législative du Doubs: une si petite victoire… grâce à la droite 

Mots-clefs : , , , , ,

Le candidat socialiste, Frédéric Barbier, a donc remporté la 4ème circonscription du Doubs face à la candidate du Front National. Petite victoire. Infime victoire. Preuve ténue, peut être une ultime fois, qu’un ersatz de front républicain peut résister à la vague frontiste. Sans l’appui d’Alain Juppé, de Nathalie Kosciusko-Morizet, de François Bayrou et de quelques autres leaders de la droite et du centre, le parti d’extrême droite aurait triomphé. Ce n’est pas la gauche qui a vaincu en se remobilisant son électorat. C’est une partie de la droite républicaine qui s’est mise en travers de la progression frontiste. 

Si l’on veut être tout à fait honnête, il faut souligner que Nicolas Sarkozy a une (petite) part dans la victoire du nouveau député socialiste. En s’abstenant de prôner le ni-ni, le président de l’UMP à tout de même libéré une partie de son électorat. S’il était resté fidèle au ni-ni, Sarkozy, on le sait désormais, aurait sans aucun doute assuré le triomphe du FN. Qu’importe ses motivations réelles, qu’importe ses arrières pensées tactiques liées à la guerre interne à l’UMP, le fait est là, indubitable: Marine Le Pen sait désormais que l’ex-président de la république ne peut plus en aucune façon lui faciliter la tâche, serait-ce par détestation de François Hollande et des socialistes. La progression ininterrompue du FN est désormais tout autant un cauchemar pour l’UMP que pour le PS. La défaite (en grande partie….victorieuse) du Doubs en fournit une preuve définitive.

Un bipartisme de fer

Car, à quelques mois des élections cantonales, le cas FN est plus aigu que jamais pour les deux grands partis républicains. Depuis la quasi disparition du Parti Communiste, Le système institutionnel de la Vème république s’est construit  sur un bipartisme de fer. Appuyée sur les erreurs à répétition des gouvernements UMP ou PS, Marine Le Pen l’a fait exploser. Net. Le tripartisme est désormais de mise. Les responsables politiques républicains, de droite et de gauche, savent de façon plus précise encore après cette partielle du Doubs que le FN les contraindra à bien des changements, et vite,  des changements d’attitude, de comportements et de propositions, s’ils veulent éviter que les élections cantonales puis régionales virent à la déroute, voire au cauchemar démocratique.

Petite élection, conséquences décisives. Il suffisait d’entendre Marine Le Pen au grand jury RTL-Le Figaro-LCI pour comprendre qu’en réalité, elle se moquait éperdument de la 4ème circonscription du Doubs. Elle poursuit sa stratégie, persiste dans son « gauchisme » économico-social, cogne plus fort que jamais sur les immigrés, dénonce désormais sans détour l’esprit Charlie. Et ça marche, chaque jour davantage. L’année politique 2015 n’en est qu’à ses prémices.


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article