Les craintes du ralentissement en Chine pèsent sur Wall Street

Mots-clefs : , , , , ,

Les futures sur le Dow se sont orientés à la baisse à partir de 2h du matin. Ils reculaient pendant toute la nuit et toute la matinée et ce jusqu’à l’ouverture du marché américain. Les indices, eux, poursuivaient la direction des contrats à terme dès le début de cotation. Après avoir atteint 14 551 points vers 17h15, le Dow et les autres indices ont commencé à rebondir. Ils se redressaient vivement entre 18h15 et 20h45. Mais la dernière heure de cotation s’est avérée baissière. Au final, le Dow Jones a terminé en baisse de 139,84 points ou 0,94% à 14 659,56 points. Parmi les plus grands gagnants de l’indice figurent Johnson&Johnson (+1,69%), UnitedHealth (+1,17%) et Microsoft (+1,35%). Les plus grands perdants ont été Alcoa (-2,38%), Bank of America (-3,07%) et Hewlett-Packard (-2,98%).

Le S&P500 a cédé 19,34 points ou 1,21% à 1 573,09 points. Le Nasdaq s’est replié de 36,49 points ou 1,09% à 3 3320,76 points. Le Russell 2 000 a fléchi de 1,10%.

Ce lundi les indices ont clôturé dans le rouge, tirés vers le bas par l’annonce de la Banque centrale chinoise. La Banque centrale a publié sur son site un communiqué datant du 17 juin dans lequel elle énonce que « actuellement, la liquidité dans le système bancaire chinois se situe à un niveau suffisant ». Ainsi, la Banque centrale chinoise a laissé comprendre qu’aucune intervention de sa part pour soutenir la croissance n’est pas envisageable à court terme. La Banque centrale a donc appelé les banques commerciales du pays à contrôler plus prudemment l’octroie de leur crédit. Goldman Sachs a revu à la baisse sa prévision de croissance du PIB chinois cette année à 7,4% contre 7,8% auparavant, estimant que la décision de la banque centrale chinoise de ne pas assouplir davantage sa politique monétaire pourrait avoir des effets négatifs sur les investissements et donc sur la croissance. Dans ce contexte, l’indice composite de la bourse de Shanghai a chuté de 5,3% cette nuit.

A Wall Street les craintes du ralentissement de la croissance chinoise ont entraîné un recul généralisé. En effet, tous les secteurs ont cédé du terrain, à l’exception notable de celui des services aux collectivités. Malgré un rebond important en fin de séance les indices n’ont pas réussi à clôturer dans le vert aujourd’hui. Les prix de métaux et de nombreuses matières premières agricoles ont reculé. Le prix du pétrole WTI, en revanche, a progressé, soutenu par une importante fuite de pétrole en Alberta, Canada, qui a entraîné la fermeture de tous les oléoducs du secteur détenus par Enbridge. Cette fuite serait l’une des nombreuses conséquences des pluies torrentielles qui se sont abattues depuis jeudi sur la province de l’Alberta. Les prix des obligations d’état américain, à l’exception de celles à 30 ans, ont continué leur repli entamé la semaine dernière suite à l’annonce de la Fed d’une possible fin de programme de rachats d’actifs dès cette année.

Le rebond en fin de séance a été surtout du à la déclaration du président de la Fed de Dallas, Richard Fisher, membre votant du FOMC. Il a indiqué qu’il était en faveur de la réduction de QE, mais le ralentissement du rythme de rachats d’actifs devrait se faire graduellement. Le président de la Fed de Minneapolis, Narayana Kocherlakota, lui, a déclaré que les investisseurs ne devraient pas croire que la Fed souhaite resserrer sa politique monétaire à court terme. 

L’actualité des entreprises

Marathon Oil a reculé de 1,63% ce lundi car la compagnie pétrolière a annoncé la vente de ses champs de pétrole et de gaz au large de l’Angola à Sinopec, le groupe chinois, pour $ 1,52 milliard.

Tenet Healthcare s’est envolé de 4,52% aujourd’hui à l’annonce du rachat programmé de son rival Vanguard Health Systems (+67,42%) pour $ 1,63 milliard, soit $ 21 par actions de Vanguard ce qui représente une prime de 70% par rapport au cours de la clôture de vendredi.

Apple s’est replié de 2,65% ce lundi car Jefferies a abaissé son objectif de cours sur le titre de $ 420 à $ 405. Par ailleurs, Jefferies a revu à la baisse sa prévision de ventes d’iPhones au troisième trimestre 2013.

NRG Energy a grimpé de 2,08% aujourd’hui car la compagnie énergétique a revu à la hausse sa prévision de l’EBITDA en 2014 de $ 90 millions, anticipant désormais qu’il sera compris entre $ 2,85 et $ 3,05 milliards. En ce qui concerne sa prévision de free cash flow, NRG l’a relevé de $ 200 millions, estimant qu’il sera compris entre $ 1,1 et $ 1,3 milliard. Par ailleurs, le groupe a rehaussé sa prévision de free cash flow en 2013 de $ 50 millions, tablant qu’il sera compris entre $ 1,05 et $ 1,25 milliard. Le groupe a réaffirmé sa prévision de l’EBITDA pour 2013.

Deere a abandonné 1,93% ce lundi car JPMorgan a dégradé sa recommandation sur le titre du spécialiste de l’équipement agricole, conseillant désormais de le sous-pondérer dans le portefeuille avec un objectif de cours abaissé à $ 76. 

Demain

14h30 : Commandes de biens durables

15h : Indice de prix immobiliers FHFA

15h : Indice S&P/Case-Shiller des prix immobiliers

16h : Ventes de logements neufs

16h : : Indice de confiance de consommateurs

16h : Indice de confiance des investisseurs


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article