Lors d'un divorce, c'est l'homme qui garde le plus souvent le logement

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Lors d’une séparation, hommes et femmes ne sont pas égaux quant à la garde du logement. Une étude de l’Insee montre que lors d’un divorce ou d’une rupture de Pacs, l’un des conjoints garde le logement dans 75% des cas. Ils sont 20% à quitter tous les deux le logement et 5% à rester ensemble dans l’habitation.

Dans le scénario où l’un des deux conjoints reste dans l’appartement ou la maison, c’est l’homme qui remporte la palme dans 43% des cas, la femme dans 32%. « L’écart s’estompe au fil du temps, mais reste encore conséquent quatre années après la rupture: dans 27% des unions rompues, l’homme réside dans le logement où vivait le couple et dans 22% c’est la femme qui y réside, soit un écart de cinq points », précise l’Insee dans son étude.

Le cas particulier de la garde d’enfants

Et peu de circonstances modifient cette tendance. Ainsi, le fait que l’union soit un mariage ou un Pacs ne change pas la donne, la femme est plus souvent contrainte de démanger que l’homme. La localisation du logement du couple ne joue pas non plus. En zone rurale, l’homme conserve l’habitation dans 56% des cas, dans les zones de moins de 10.000 habitants dans 44% des situations, entre 10.000 et 200.000 dans 39% des cas et pour 200.000 habitants et plus dans 37%. Seule exception, Paris où la femme garde l’appartement ou la maison dans 41% des séparations.

Le fait que le couple logeait dans un HLM joue aussi. Dans le parc social, les femmes sont plus nombreuses à conserver la jouissance de l’appartement conjugal (48% des cas). La différence d’âge change la donne seulement si l’homme est plus jeune. Dans ce cas de figure, la femme garde la l’appartement ou la maison dans 42% des cas.

Reste le cas particulier de la garde d’enfants. Sans surprise, le parent qui réside avec les enfants après une séparation reste plus souvent dans le logement où il vivait en couple. Mais dans ce cas de figure non plus, il n’y a pas égalité les sexes. « Dans les séparations où la femme a la garde exclusive des enfants, la femme (41 %) reste plus fréquemment que l’homme (32 %) dans le logement. La garde exclusive par le père coïncide encore plus fortement avec le fait de garder le logement (56 %). Dans les autres types de garde, l’homme reste aussi nettement plus souvent dans le logement », remarque l’Insee. L’étude conclut: « Finalement, même si les femmes ont plus souvent la garde exclusive des enfants, sur l’ensemble des couples avec enfants qui se séparent, l’écart reste favorable aux hommes ».

Votre argent RSS – economie

Partager cet article