Marchés américains : Wall Street portée par l'espoir d'un accord sur le commerce (actualisé)

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(Actualisé avec précisions)

22 février (Reuters) – La Bourse de New York a fini vendredi en hausse dans le sillage des marchés européens, portée par l’optimisme affiché par Donald Trump et le vice-Premier ministre chinois Liu He sur les chances de parvenir à un accord commercial entre les deux premières puissances économiques mondiales.

L’indice Dow Jones a gagné 181,18 points, soit 0,70%, à 26.031,81 points, passant la barre des 26.000 pour la première fois depuis le 9 novembre

Le S&P-500, plus large, a pris 17,79 points, soit 0,64%, à 2.792,67, son plus haut niveau de clôture depuis le 8 novembre.

Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 67,84 points (0,91%) à 7.527,55 points.

Sur la semaine, le S&P a pris 0,62%, le Dow 0,57% et le Nasdaq 0,74%.

Les indices ont réduit légèrement leurs gains à l’annonce qu’il restait des points importants à régler alors qu’approche la date limite du 1er mars après laquelle Washington menace d’imposer de nouveaux droits de douane à Pékin.

Recevant le négociateur en chef chinois à la Maison blanche, le président américain a estimé qu’il y avait « une très bonne chance » qu’un accord soit conclu et s’est dit ouvert à un report de la date limite qu’il a lui-même fixée, à condition que celui-ci ne soit « pas trop long ».

Faute d’accord à cette date, Washington menace d’augmenter les droits de douane de 10% à 25% sur un volume de 200 milliards de dollars d’importations en provenance de Chine.

Les négociations, qui ont repris jeudi à Washington et devaient initialement s’achever vendredi, ont été prolongées de deux jours jusqu’à dimanche, a annoncé Donald Trump, qui a dit envisager la tenue d’un sommet avec Xi Jinping à Mar-a-Lago, en Floride, en mars ou en tout cas « dans un futur pas trop lointain ».

VALEURS

Les compartiments exposés à la thématique commerciale ont grimpé, à commencer par la technologie, dont l’indice S&P a pris 1,3%.

Aux valeurs individuelles, Kraft Heinz a chuté de 27,46%, de loin la plus forte baisse du S&P-500, les investisseurs sanctionnant les 15,8 milliards de dollars de dépréciations d’actifs passées par le géant américain de l’agroalimentaire, perçues comme le reflet d’une érosion de la valeur de ses marques.

LA SÉANCE EN EUROPE

Les Bourses européennes ont terminé la semaine en hausse, portées elles aussi par les avancées vers un accord commercial.

À Paris, l’indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,38% à 5.215,85 points. Le Footsie britannique a pris 0,16% et le Dax allemand a gagné 0,3%.

L’indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,21%, le FTSEurofirst 300 de 0,3% et le Stoxx 600 de 0,22%.

Sur la semaine, le Stoxx 600 a pris 0,62% et le CAC 40 a gagné 1,22%.

TAUX

Les rendements obligataires italiens ont grimpé en attendant la revue de Fitch, qui a confirmé après la clôture la note souveraine de l’Italie à « BBB » avec perspective négative.

Le rendement du BTP italien à dix ans a fini à plus de 2,86% et le cinq ans a bondi de six points de base à 1,839%.

Le Bund allemand à dix ans, valeur refuge par excellence, a creusé ses pertes, tombant sous 0,1%, en raison d’un indice Ifo moins bon que prévu et des inquiétudes sur les relations commerciales entre l’Europe et les Etats-Unis.

Le rendement des Treasuries à dix ans recule sous 2,66% après avoir progressé la veille en réaction aux informations sur des avancées dans les négociations commerciales.

CHANGES

Le dollar recule légèrement face à un panier de devises de référence et l’euro cède un peu de terrain, autour de 1,333 dollar.

PÉTROLE

L’espoir d’un accord commercial a porté les cours du pétrole à des pics de trois mois sur le marché new-yorkais Nymex.

Le contrat avril sur le Brent a atteint en séance un plus haut depuis mi-novembre à 67,73 dollars le baril avant de s’apaiser pour finir en hausse de cinq cents (0,07%) à 67,12 dollars.

Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) de même échéance a gagné 30 cents, soit 0,53%, à 57,26 dollars le baril.

La progression des cours a été freinée par une annonce de la hausse de la production de brut aux Etats-Unis.

A SUIVRE LUNDI :

(Patrick Vignal pour le service français)


Investir – Toute l'info des marchés – Les Echos Bourse

Partager cet article