Maroc : la crise devrait pénaliser le tourisme en 2012

Mots-clefs : , , , , ,

Alors que le régime de Mohammed VI est soumis actuellement à quelques turbulences, la population marocaine étant en cela fortement « inspirée » par ses voisins tunisiens, le directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) Abdelhamid Addou, a indiqué dans une interview au quotidien marocain L’Economiste que le Maroc devrait connaître une année touristique « très difficile » en 2012. Raisons invoquées : la crise économique mondiale. A moins que l’attentat de Marrakech, survenu en avril 2011 ne soit encore présent dans les mémoires.

« ll faut s’armer et redoubler d’efforts pour surmonter la situation« , a ainsi averti Abdelhamid Addou. Ce dernier a toutefois tenu à souligner que le Maroc avait terminé l’année « avec une progression légèrement positive » avec une hausse de 2% du nombre d’entrées de touristes sur le territoire. Rappelons toutefois qu’en 2010, le Maroc avait accueilli 7,9 millions de touristes étrangers, en grande partie européens, affichant ainsi une hausse de l’ordre de 12% par rapport à l’année précédente. Tout n’est pas perdu pour autant en 2012 alors que les pays du golfe projettent des investissements importants dans ce secteur. Fin novembre, le Maroc et trois fonds souverains de pays arabes du golfe (Qatar, Emirats, Koweit) ont en effet signé cinq importants accords de coopération prévoyant notamment la création d’un fonds d’investissement touristique doté de plus de 2 milliards d’euros. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le tourisme est la deuxième source de devises du pays, après les ventes de phosphates et les transferts étrangers. Grand pourvoyeur d’emploi, il compte pour environ 7,5% du PIB du royaume.
Sources : AFP, Reuters
Partager cet article