Mattel (Barbie, Fisher Price) va relancer la marque Polly Pocket

Mots-clefs : , , , , , , ,

Après l’annonce du retour de l’émission des Minikeums, absente des écrans pendant quinze ans, voilà une autre nouvelle qui devrait ravir la génération née dans les années 80 et 90: les Polly Pocket vont faire leur come back. Ces mini-figurines créées en 1989 par la société Bluebird Toys, rachetée en 1998 par l’Américain Mattel, vont revenir en rayon à l’été 2018, après plusieurs années de disparition.

En difficulté depuis des années, le propriétaire de cette fameuse marque Mattel, qui possède aussi les fameuses poupées Barbie ou encore les jouets Fisher Price, a dévoilé fin octobre des ventes en baisse de 13% au dernier trimestre. A cette occasion, le groupe américain a annoncé plusieurs mesures comme la fermeture d’usines et la suppression d’emplois afin d’économiser 650 millions de dollars. « Une des conséquences de nos difficultés ces dernières années a été l’arrivée d’une nouvelle PDG, Margo Georgiadis, en février, qui vient de Google », explique Christophe Salmon, directeur France de Mattel à Challenges. « Elle a donné deux impulsions dans l’entreprise. La première est de réfléchir digital first. La deuxième, est de construire des marques. »

Faire contrepoids à Barbie

Le retour de Polly Pocket s’inscrit dans ce deuxième volet. A l’heure où Barbie ne fait plus autant recette, Mattel souhaite pouvoir s’appuyer sur d’autres marques, sans pour autant laisser tomber sa poupée. « Mon leitmotiv, c’est que nous devons élargir notre patrimoine de marques », annonce Christophe Salmon. « En 2018, nous allons donc lancer des marques comme Enchantimals, et en relancer d’autres comme Polly Pocket. C’est une marque patrimoine, qui a vocation à revenir. A l’origine, les Polly Pocket étaient des mini-poupées. Ensuite, nous nous sommes un peu perdus, en lançant des poupées plus grandes. Puis le groupe avait décidé de suspendre la marque. Nous revenons à l’origine du produit avec des tous petits modèles. Nous souhaitons recréer cet univers mais nous allons l’enrichir. » Il faudra attendre le mois de juin pour revoir ces figurines miniatures en rayon… et découvrir si les petites filles de l’an 2018 aiment autant ces jouets que leurs aînées en 1998.

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article