Métaux de base : les cours freinés par la Fed et la Chine

Mots-clefs : , , , ,

Les cours  des métaux de base  auront affiché une nette  baisse cette  semaine à Londres, plombés par les craintes  relatives à la politique de  la Réserve fédérale américaine (Fed), tandis   que la demande  chinoise n’était  pas encore  au rendez-vous.

Les prix  du cuivre, de l’aluminium, du zinc et plomb auront ainsi perdu  jusqu’à 5% durant la semaine,  l’étain quant à lui dégringolant de près de 8%, à 23 190 dollars la tonne contre 24’825 dollars la semaine précédente.

Pire encore : le cours du nickel aura lâché plus de 9% en l’espace de 4 jours.

A l’heure  actuelle, l’offre  est abondante, le retour  des courtiers  de l’Empire du Milieu  sur les marchés  après le Nouvel An chinois ne se traduisant pas  encore dans les faits.

Chose qui ne s’était pas vue depuis 15 mois : les stocks de cuivre  se sont hissés cette  semaine  au-dessus de 400’000 tonnes dans les entrepôts du marché londonien des métaux.

Mais  les  investisseurs s’inquiètent  avant tout des perspectives  de la demande de métaux, redoutant   des effets négatifs de la politique monétaire de la banque centrale américaine. Les minutes de la dernière réunion de la Fed, publiées mercredi soir laissent  craindre le pire, plusieurs de ses responsables se montraient peu enclins à prolonger les mesures d’assouplissement monétaire.

« Un certain nombre » de ses dirigeants indiquent que « l’évaluation, en cours, de l’efficacité et des coûts des rachats d’actifs (…) pourrait bien conduire le Comité à les diminuer ou à y mettre fin », précise en effet le compte-rendu.

Une très mauvaise nouvelle pour le secteur des matières premières, le cas échéant, alors que les injections de liquidités de la Fed permettent  notamment de doper les investissements dans le secteur tout en  rendant plus attractifs les achats de métaux libellés en dollar pour les détenteurs d’autres devises.

Un malheur n’arrivant  jamais seul, la Chine préoccupe  actuellement les marchés, alors qu’une réunion du gouvernement chinois dédié au secteur immobilier ne laisse présager rien de bon.

Pékin a en effet invité les villes à imposer des restrictions à l’achat dans l’immobilier, tentant ainsi de freiner autant  que faire se peut l’envolée des prix des logements. Un net impact à prévoir  sur le cours du cuivre alors que le secteur de la construction représente près de 21% de la demande chinoise  de cuivre raffiné et 38% de celle d’aluminium.

Au final, le  prix du cuivre  aura chuté vendredi à 7802 dollars la tonne, ce qui correspond à  son plus bas depuis fin décembre.

Le  cours  du nickel aura atteint quant à lui 16 600 dollars la tonne, soit un plus bas depuis fin novembre, alors  que le Groupe international d’études sur le nickel (INSG) fait état d’un excédent de production de 87 000 tonnes  en 2012, (chose  qui ne s’était pas vue  depuis 2007).

Sources : AWP, ats

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com – 24 février 2013


Le Blog Finance

Partager cet article