Nasdaq Composite : Confiance dans la reprise, sans ignorance des risques sanitaires…

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Les espoirs grandissants de reprise économique rapide continuent d’habiter des salles de marché qui pour autant restent attentives au développement inquiétant de la pandémie de Covid-19, développement qui pourrait remettre en question ces espoirs… Schizophrénique ! Hier l’indice Nasdaq Composite, indice phare des valeurs technologiques de la cote américaine, parvenait à regagner en données de clôture le seuil hautement symbolique des 10 000 points (+1,09% à 10 017 points).

La conjonction de plusieurs actualités liées au Covid-19, sur les 10 derniers jours, ont progressivement forcé les intervenants à davantage de prudence. Citons notamment la résurgence de nouveaux cas à Pékin, la décision de reconfiner plus de 600 000 Allemands, de nouvelles mesures de restriction de regroupements de personnes à Lisbonne, les risques avec l’arrivée de la mousson, d’un engorgement supplémentaire des infrastructures indiennes, déjà saturées, des records de nouveaux cas quotidiens dans certains Etats du sud des USA (Nevada, Texas et Arizona).

Vincent Boy, analyste de marché IG France, alertait au coeur de la semaine: “La hausse record du nombre de cas dans de nombreux Etats aux USA depuis le début de semaine, commence à inquiéter les investisseurs et notamment ceux qui pensent encore que l’économie va rebondir dès le troisième trimestre. En effet, l’injection massive de liquidité de la Fed et les soutiens historiques de l’administration américaine, laissent croire que l’économie reste solide mais l’on constate toujours un nombre de faillites important et des vagues de licenciements sans précédent.”

Le FMI a d’ailleurs durement révisé ses précédentes prévisions réalisées en avril, estimant désormais que la contraction du PIB mondial devrait atteindre 4,9% (contre 3,0% précédemment), alors que celle du PIB français est attendue à -12,5% (contre -7,2% en avril), un chiffre jugé “très pessimiste” par le meilleur prévisionniste au monde, le français Christophe Barraud, “compte tenu des dernières données économiques”. Pour les États-Unis, le FMI table désormais sur une contraction de 8%, contre -5,9% en avril dernier.

Au chapitre macroéconomique, le programme était dense jeudi outre Atlantique. La bonne surprise est clairement venue de la dynamique des commandes de biens durables, qui a explosé d’un mois sur l’autre de 15.8% (en incluant les équipements de transports) en mai, après une chute abyssale de 17.7% en avril, selon l’US Census Bureau.

En revanche, côté emploi, les nouvelles inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage ont désagréablement surpris, à côté de la cible, à près d’1 500 000 pour la semaine 25, un score comparable à la semaine 24. Le rapport NFP (Non Farm Payroll) en fin de semaine prochaine sera particulièrement suivi. Nous ne manquerons pas d’y revenir. Cible manquée également pour la balance commerciale des biens en mai, en données finales, balance dont le déficit s’est creusé plus que ne le laissait augurer le consensus.

Enfin, le PIB (Produit Intérieur Brut) du premier trimestre a été confirmé, en données finales, à -5.0% en rythme annualisé.

A suivre ce vendredi, l’indice de confiance des consommateurs et les prévisions d’inflations (U-Mich), en données révisées, à 16h00.

Quant aux dépenses et revenus des ménages américains, qui viennent d’être publiés à 14h30, une heure avant les débats sur actions, ils ressortent mi-figue mi-raisin ce mois-ci avec des dépenses (+8.2%) qui explosent en post-confinement, mais moins qu’anticipé, mais des revenus qui ont poursuivi leur contraction, mais à un rythme moins alarmant qu’anticipé…

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Nouvelle phase de marché pour l’indice Nasdaq Composite: après la purge, puis l’impressionnant rally de “retracement” intégral, voici une phase plus technique, hachée, faite d’alternance de courts moments d’euphorie et de résurgence de craintes. Il faut dire que les opérateurs, longtemps dopés par le soutien massif et sans faille de la Fed, encore réaffirmé en début de semaine, ne sont plus aveuglés, et donc moins inconditionnellement acheteurs.

Depuis la formation d’un gap baissier sous les 10 000 points, suivi d’un test à haut risque sur la moyenne mobile à 20 jours (en bleu foncé) – test pas encore terminé – la configuration technique, révélatrice de la psychologie de marché, n’est plus celle qui prévalait lors du rally des mois d’avril et de mai. Les opérateurs sont moins inconditionnellement acheteurs, et se posent des questions. A ce stade, il est intéressant de comparer la force des volumes de transactions sur deux bougies à l’ampleur de corps comparable: celle de jeudi 11, rouge, et celle de lundi 15, verte. Les volumes ont été clairement plus nourris sur la séance de baisse, la mobilisation étant plus forte et plus longue sur la séance.

Avis neutre à l’échelle de la seule séance à venir.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l’indice Nasdaq Composite à court terme.

On prendra soin de noter qu’un franchissement des 11000.00 points raviverait la tension à l’achat. Tandis qu’une rupture des 9443.00 points relancerait la pression vendeuse.

GRAPHIQUE EN DONNEES QUOTIDIENNES

Nasdaq Composite : Confiance dans la reprise, sans ignorance des risques sanitaires... (©ProRealTime.com)

©2020 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article