Neige: le point sur la situation en Ile-de-France

Mots-clefs : , , ,

Transports en commun perturbés, bouchons sur les routes… Voici un point sur la situation mercredi en fin de journée en Ile-de-France, confrontée à des chutes de neige exceptionnelles.

Sur les routes: « éviter de conduire »

Plusieurs ministères ont demandé aux automobilistes d’éviter de conduire mercredi.

« Notre consigne aux automobilistes est de ne pas prendre leur voiture », a expliqué le porte-parole du ministère de l’Intérieur Frédéric de Lanouvelle, évoquant une « situation exceptionnelle ».

Un conseil qui a, semble-t-il, été suivi: si un record de 739 kilomètres de bouchons a été atteint mardi soir en Ile-de-France, selon le site d’informations routières Sytadin, le maximum enregistré mercredi matin (près de 200 km vers 08H00) est resté inférieur à un jour normal.

La situation a été particulièrement difficile sur la N118, au sud-ouest de Paris, avec des centaines de véhicules bloqués, selon la préfecture de police. En début de soirée, cette route restait fermée en direction de la province, selon le site d’information routière Sytadin. Près de 2.000 personnes y avaient été bloquées toute la nuit dans leurs véhicules.

Si l’épisode neigeux est terminé, a souligné la ministre des Transports Elisabeth Borne, un « froid intense » est attendu dans la nuit avec « un risque de verglas ».

Sur les axes routiers principaux de la région, la circulation est interdite depuis mardi 14H00 aux véhicules de plus de 7,5 tonnes, selon la préfecture de police.

Dans les trains: se renseigner avant de partir

Si la neige a perturbé le trafic des Transilien « une grande partie de la matinée », la situation s’est améliorée depuis le début de l’après-midi, selon la SNCF.

Elle prévoit jeudi matin deux trains sur trois sur le réseau Transilien et conseille aux usagers « de se renseigner avant leur départ ».

Sur les grandes lignes, un rallongement des durées de trajet sont à prévoir, de 30 minutes en moyenne. Concernant l’axe Atlantique, l’ensemble du trafic sera assuré, mais avec des temps de parcours « sensiblement plus longs ». Jusqu’à une heure et demie de retard, selon le PDG de la SNCF Guillaume Pépy. Les vitres de nombre de rames TGV ont été brisées par des projections de glace.

Côté RATP, le trafic était quasi normal mercredi en fin de journée sur les lignes A et B du RER.

Pas de bus, mais des métros

Selon la RATP, le trafic des bus était nul en Seine-Saint-Denis et dans l’Essonne, soit 90 lignes, et se faisait « au cas par cas en fonction de l’accessibilité de la voirie » sur le reste du réseau.

Les transports scolaires ne circulent pas non plus dans plusieurs départements, notamment en Seine-Saint-Denis, en Essonne, dans les Yvelines ou en Seine-et-Marne.

Sur le tramway, le trafic est normal sur les lignes T1, T2, T3a et T3b, T5, T7, T8, et totalement interrompu sur la ligne T6, mais des bus de substitution sont mis en place entre la Porte d’Orléans et Viroflay-Rive-Gauche.

Pour le métro, le trafic était normal sur les lignes 1, 2 et 14, quasi normal sur les lignes 3, 4, 5, 7, 9, 11, 13, tandis que trois rames sur quatre circulaient sur les lignes 6, 8, 10 et 12.

Quelques perturbations dans les aéroports

Selon une source aéroportuaire, des retards et quelques annulations ont été enregistrés sur le moyen-courrier à cause des opérations de dégivrage et de déneigement des plateformes aéroportuaires et surtout du manque de personnel qui n’a pas réussi à se rendre sur la plateforme.

Mardi, l’aéroport Paris-Charles de Gaulle avait eu « une journée quasiment normale », mais Orly avait enregistré « des retards supérieurs à une heure en moyenne pour cause de dégivrage », a indiqué le gestionnaire des aéroports parisiens, ADP. A Orly, des passagers ont même dormi à même le sol dans l’aérogare.

Air France prévoyait d’assurer 90% de ses vols long-courriers, deux tiers des moyen-courriers au départ de Roissy et 50% des court-courriers au départ d’Orly. Des retards sont à prévoir dans les deux aéroports, notamment en raison des difficultés pour le personnel d’y accéder.

Pas de panne de courant

Enfin, les chutes de neige n’ont pas eu de conséquences sur la distribution d’électricité, selon le gestionnaire du réseau Enedis.

RTE prévoit une consommation de pointe à 19H00 de 89.400 MW, sans tension particulière sur la sécurité d’alimentation du pays.

Le courrier perturbé

Par ailleurs, la distribution du courrier et des colis a été perturbée en Ile-de-France, et en Normandie, Centre Val de Loire, Pays de la Loire, Haut de France, Poitou-Charentes, selon la Poste.

Des usines à l’arrêt

Dans les Yvelines, les usines Renaut à Flins et PSA à Poissy étaient à l’arrêt, les chutes de neiges paralysant les poids lourds.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article