Paris: dans le centre, 1 logement sur 4 n'est pas une résidence principale

Mots-clefs : , , , , , ,

Qu’ils soient propriétaires ou locataires, les Parisiens ayant leur résidence principale dans le centre de Paris sont de moins en moins nombreux.  Dans les quatre premiers arrondissements de la capitale, le nombre de logements inoccupés a atteint le chiffre de 20.264 en 2013. Ce qui, rapporté au nombre total de logements dans ces quartiers, représente un taux d’inoccupation de 26%, déplore l’Atelier parisien d’urbanisme. Dans son étude, l’Apur précise que sont considérés comme inoccupés les logements vacants mais aussi les résidences secondaires ou qui servent de logements à titre occasionnel.

C’est le quatrième arrondissement qui totalise le plus de logements « inoccupés » (29,8%) et le troisième le moins (20,7%).

Explosion dans le 2ème arrondissement

À titre de comparaison, la moyenne parisienne est de 15%, soit 205.072 logements inoccupés. Entre 2008 et 2013, ce taux d’inoccupation a connu une hausse de 0,6% dans la capitale, quand il a progressé de 1,3% dans les arrondissements centraux. Une augmentation tirée par le deuxième arrondissement où la proportion des logements inoccupés s’est envolée de 6%. Elle progresse de 0,8% dans le quatrième et baisse de 0,1% et 0,5 dans le premier et le troisième.

La mairie de Paris n’a pas attendu cette étude pour tenter d’endiguer ce phénomène. Début juillet, sur proposition du groupe communiste, la majorité du Conseil de Paris a voté, concernant les résidences secondaires, l’augmentation d’une taxe additionnelle sur la taxe d’habitation, actuellement de 60%, à 250%. Cette augmentation doit encore être validée par une modification d’ordre législatif.

Votre argent RSS – economie

Partager cet article