Parly confirme la forte hausse du budget de l'armée

Mots-clefs : , , , , ,

Florence Parly a annoncé lundi soir que le budget de la Défense française, après une hausse « historique » de 1,8 milliard en 2018, progresserait annuellement de 1,6 milliard d’euros jusqu’à la fin du quinquennat. Le budget de la Défense a été amputé de 850 millions d’euros cette année dans le cadre des économies demandées par l’exécutif pour contenir le déficit public sous le seuil de 3% du PIB.

Cette décision a suscité l’incompréhension et la colère d’une communauté militaire déjà sous tension, qui juge que les moyens alloués ne sont pas à la hauteur des missions extérieures (Sahel, Levant) et intérieure (Sentinelle) actuelles. La démission du général Pierre de Villiers, chef d’état-major des armées françaises, en juillet dernier, a porté cette crise à son paroxysme.

« Une croissance de nos moyens historique »

« Nous allons connaître une croissance de nos moyens historique : 1,8 milliard d’euros en 2018, dont 200 millions d’euros de plus pour les opérations extérieures », a de nouveau plaidé la ministre des Armées sur BFM TV.

Ce budget, a-t-elle précisé, « est définitif. » « Le Premier ministre a signé des lettres de cadrage début août. Dans cette lettre de cadrage, ce n’est peut-être pas suffisamment su, des moyens supplémentaires sont également programmés pour les années 2019, 2020, 2021 et 2022 », a-t-elle poursuivi. « Et pour chacune de ces années, c’est 1,6 milliard supplémentaire qui est prévu aux budgets postérieurs à 2018 », a-t-elle indiqué.

Au plus fort de la crise avec l’état-major des armées, en juillet, Emmanuel Macron avait annoncé que le budget de la Défense serait porté à 34,2 milliards d’euros en 2018 – contre 32,7 milliards cette année – dont 650 millions pour les opérations extérieures. Le chef de l’Etat s’est engagé à porter les ressources des armées à 2% du PIB (quelque 50 milliards) en 2025.

(Avec Reuters)

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article