Plan de transformation d'Engie: « le plus dur est fait », assure Mestrallet

Mots-clefs : , , , , , ,

Le président du géant français de l’énergie Engie a assuré mardi que « le plus dur » a été fait dans le cadre du plan de transformation de l’entreprise, précisant que l’exécution de ce dernier était « très en avance » par rappport à ce qui était prévu.

Confronté au bouleversement du secteur européen de l’énergie, Engie a lancé en 2016 un plan de transformation sur trois ans qui comprend un plan de cession de 15 milliards d’euros d’actifs à l’horizon 2018 et 22 milliards d’euros d’investissements.

« Le plus dur est fait, d’ailleurs l’exécution du plan est très en avance sur ce qui était prévu, puisqu’on avait un plan à trois ans et on peut dire que l’essentiel au bout de deux ans va être atteint », a souligné sur BFM Business Gérard Mestrallet.

Au 30 septembre, 83% de ce plan était réalisé, tout comme 90% du programme de performance, qui prévoit 1,2 milliard d’euros d’économies d’ici 2018.

Logo Engie lors du salon Actionaria à Paris le 18 novembre 2016 (AFP/Archives - ERIC PIERMONT)Logo Engie lors du salon Actionaria à Paris le 18 novembre 2016 (AFP/Archives – ERIC PIERMONT)

Ce plan doit faire d’Engie le chef de file de la transition énergétique, en mettant l’accent sur les énergies bas carbone, les services énergétiques et les activités à prix régulés ou garantis contractuellement.

« On ne parle pas assez de l’efficacité énergétique, c’est central, à la fois pour les économies d’énergie mais (aussi) pour la lutte contre le réchauffement climatique », a complété M. Mestrallet, qui est également président de l’association de promotion de la place financière de Paris, Paris Europlace.

Début novembre, Engie a confirmé ses objectifs pour 2017, après avoir vu ses résultats se replier sur les neuf premiers mois de l’année du fait de cessions.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article