Portugal : un équilibre bien fragile … Caixa geral de depositos en ligne de mire

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Le Portugal pourrait-il à nouveau se trouver sur la sellette ?  Il  n’est pas interdit d’y penser alors que la banque publique portugaise Caixa geral de depositos (CGD) vient  d’annoncer vendredi une perte de 394,7 millions d’euros en 2012.

Une  situation en partie imputable à des  créances  douteuses  et à une dépréciation d’actifs conduisant  l’établissement financier à procéder à de nouvelles provisions.

Certes  tout n’est pas noir pour autant pour  Lisbonne, mais la situation économique et  financière du pays demeure bien fragile.

La CGD a ainsi dû enregistrer des provisions sur créances douteuses d’un milliard d’euros,  auxquelles   doivent   être  ajoutées  537,7 millions de provisions pour couverture  d’actifs.

Une  petite  lueur tout de même au tableau : la contribution des filiales en Afrique, en Asie et au Brésil pour le résultat consolidé de 2012 a atteint 82,5 millions d’euros, en hausse de 42,7% par rapport à 2011.

Rappelons  que la  Caixa a bénéficié en juin dernier d’un apport de capitaux publics d’un montant de 1,65 milliard d’euros. Fin 2012, elle affichait un ratio de fonds propres dits durs (Core Tier One) de 9,5%, selon les  calculs  établis  à partir des  critères de l’Autorité bancaire européenne (EBA).

En mai 2011, le Portugal a reçu de l’UE et du Fonds monétaire international (FMI) un prêt de 28 milliards d’euros, s’engageant parallèlement à mettre en oeuvre un plan de réformes prévoyant d’importantes mesures d’austérité. Lesquelles  ont eu  notamment pour  effet de  plonger  le pays dans la récession tout en provoquant une hausse  sensible  du taux de chômage.

Ce qui  laissait penser à nombre d’analystes il y a encore quelques mois, que le Portugal se verrait bientôt contraint à devoir recourir à un deuxième plan d’aide

Certes, depuis  novembre la CGD bénéficie   d’un regain de confiance des investisseurs, ce qui lui a permis d’emprunter à nouveau auprès des marchés de capitaux. Ses emprunts auprès de la Banque centrale européenne (BCE) ont pu ainsi être ramenés à 6,95 milliards d’euros à la fin 2012, contre 9 milliards en 2011.

A  noter  par  ailleurs  que fin janvier, les banques portugaises Banco Espirito Santo et Banco Comercial Portugues ont annoncé  qu’elles allaient rembourser, chacune, par anticipation, pour un milliard d’euros de prêts obtenus auprès la Banque centrale européenne (BCE) dans le cadre des opérations de refinancement à long terme (LTRO).

Rappelons  qu’en  septembre 2012, les emprunts de BCP auprès de la BCE s’élevaient, au total, à 13,1 milliards d’euros, et ceux de BES, à 9,8 milliards d’euros.

Sources : AFP, Reuters, WSJ

Elisabeth STUDER – www.leblogfinance.com – 09 février 2013 –


Le Blog Finance

Partager cet article