Près d’un tiers de la population US en proie à des difficultés financières selon la Fed

Mots-clefs : , , , , , , ,

Voilà qui est bien préoccupant tout à la fois pour la population américaine et les banques US. Si l’Amérique a choisi un président populiste mais néanmoins milliardaire, le quotidien des citoyens d’une des plus grandes puissances ne s’avère guère reluisant.

Selon un rapport de la Banque centrale publié en fin de semaine dernière, près d’un tiers de la population américaine dit éprouver des difficultés financières. Une « modeste » amélioration générale de la situation des ménages ne permet pas à l’heure actuelle d’endiguer le phénomène.

Dans son rapport 2016 sur le bien-être financier des ménages, la Fed (Réserve fédérale américaine) indique ainsi qu’au total, 73 millions d’adultes aux Etats-Unis « ont, à des degrés divers du mal à s’en sortir », ajoutant que les populations noires et hispaniques sont particulièrement impactées.

Selon le rapport, 44 % des Américains affirment par ailleurs ne pas être en mesure de faire face à une dépense exceptionnelle de 400 dollars sans être obligé de vendre un bien ou d’emprunter. La Fed précise par ailleurs qu’une importante proportion d’adultes ont du mal à assumer les dépenses courantes et auraient du mal à faire face à des difficultés inattendues ».

Encore une fois le fossé semble se creuser. Le rapport indique en effet que la situation globale des ménages américains s’est légèrement améliorée en 2016, 70% d’entre eux affirmant être à l’aise financièrement ou vivre de manière correcte contre 69% en 2015 et 62% en 2013.

Parmi les charges particulièrement difficiles à surmonter figurent les frais médicaux. Un argument de plus pour ne pas remettre en cause l’Obamacare comme le souhaitait initialement Donald Trump. En 2016, 10% des ménages devaient encore honorer des dettes liées à des dépenses médicales consenties l’année précédente.

Mais un autre élément s’avère fortement préoccupant : il s’agit de la dette étudiante. Selon le rapport, tiers des personnes ayant contracté un emprunt pour financer leurs études sont en retard dans leurs remboursements. Un récent reportage diffusé sur Arte intitulé « Etudiants, l’avenir à crédit http://info.arte.tv/fr/etudiants-lavenir-credit «  allait même encore plus loin. Alors que  la dette étudiante US s’élève à 1 300 milliards de dollars (1 200 milliards d’euros), 8 millions d’étudiants sont actuellement en défaut de paiement dans le pays.

Il est vrai que les montants sont colossaux : en 2015, les frais moyens d’inscription à l’université s’y élevaient à 17 385 dollars par an. Quant aux écoles privées, les montants s’envolent !!! une situation qui pousse souvent le futur diplômé à s’endetter jusqu’au cou, et bien souvent à vie avant même d’avoir perçu son premier salaire … et reçu son premier diplôme. A l’heure actuelle, 40 millions d’Américains remboursent un emprunt contracté pour financer leurs études.

Il est vrai que le« marché global de l’étudiant » est devenu un business très florissant. De 13 millions dans les années 1960, le nombre d’étudiants dans le monde est en effet passé à deux cents millions en 2015, il devrait atteindre 400 millions d’ici à 2030. Soit pour banques, universités et écoles, un potentiel gigantesque de clients disposés à « investir » des sommes monstrueuses en vue de décrocher un diplôme en dans l’espoir qu’il leur assurera un avenir meilleur.

Sources : AFP, Fed, Arte

Elisabeth Studer – 22 mai 2017 – www.leblogfinance.com

Le Blog Finance

Partager cet article