PSA va investir plus de 300 millions d'euros à Mulhouse

Mots-clefs : , , , ,

L’usine PSA de Mulhouse (Haut-Rhin) va bénéficier de plus de 300 millions d’euros d’investissements sur trois ans, a-t-on appris jeudi auprès de la direction. 

Annonce « rassurante » pour FO

Le programme d’investissements, présenté en réunion de comité d’établissement (CE), se monte précisément à 326 millions d’euros pour la période 2019-2021, répartis entre le montage des véhicules et les ateliers de forge, fonderie et mécanique qui travaillent pour l’ensemble du groupe en Europe, a détaillé Laurent Gautherat, responsable de la section CFE-CGC du site. Mulhouse s’était déjà vu allouer 400 millions d’euros de 2014 à 2017 pour passer au « monoflux », à savoir la concentration de sa production sur une seule ligne de montage.

L’annonce de jeudi est « rassurante » sur la volonté du constructeur de pérenniser et développer le site, mais elle impose de « rester vigilants » sur les conditions de travail, a réagi Deborah Schorr, responsable FO. La modernisation devrait en effet s’accompagner d’une hausse des cadences de production, selon les syndicats.

260.000 véhicules en 2019

Les syndicats appellent également au « maintien de l’emploi » jusqu’en 2021, car les trois années d’investissements seront marquées globalement par une baisse des volumes de production, selon les chiffres présentés jeudi en CE, ont-ils relevé. L’usine devrait fabriquer 260.000 véhicules en 2019, soit un peu plus que les 250.000 de cette année, puis elle en prévoit 170.000 en 2020 et 200.000 en 2021, a précisé une porte-parole du site.

Le « creux » de 2020 s’explique par l’arrêt programmé de la production des Peugeot 2008, a-t-on appris de source syndicale. Cette année-là sera « de transition » avant le lancement d’un nouveau modèle de milieu de gamme, a rappelé une porte-parole du site. L’usine de Mulhouse emploie actuellement 5.300 salariés permanents et 1.400 intérimaires. Elle fabrique la 2008, la DS7 et les Peugeot 508 en version berline et break.

(Avec AFP)

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article