Quand Trump menace Toyota de ses foudres douanières … et se trompe

Mots-clefs : , , , , , ,

Non satisfait d’être bientôt le président des Etats-Unis, Donald Trump semble désormais vouloir influer sur la politique industrielle du Japon.
Après s’être attaqué en début de semaine à GM, le fougueux milliardaire  – et néanmoins futur homme d’Etat – a menacé menacé jeudi Toyota de ses foudres douanières si le constructeur persistait à vouloir construire une usine à Baja, au Mexique, en vue d’y fabriquer des voitures destinées au marché américain. A ce niveau là, ce n’est même plus du protectionnisme mais il faudra bientôt inventer le terme de trumpisme !

 » NO WAY ! (PAS QUESTION ! ) Construisez des usines aux Etats-Unis ou payez d’importantes taxes à la frontière« , a tweeté Donald Trump, toujours égal à lui-même dans son franc parler. La volonté par Toyota de construire une nouvelle usine d’assemblage au Mexique pour y fabriquer des modèles Corolla déplaît en effet  fortement au nouvel homme fort des Etats-Unis.

Mais au delà de ses propos menaçants, le futur président (et/ ou ses ses conseillers) n’a (ont)  semble(nt)-t-il(s) pas tout à fait fouillé le dossier à fond … puisque quelques recherches sur internet nous confirment ce que précise non sans humour la presse canadienne.

A savoir que si en avril 2015 Toyota a annoncé officiellement son intention d’investir 1 milliard de dollars dans une nouvelle usine mexicaine capable de produire 200 000 Corolla par année, le site qui doit ouvrir ses portes en 2019, est cependant en construction dans l’État de Guanajuato, et non dans celui de Baja … Mieux encore la firme japonaise a posé la première pierre de son usine de Apaseo el Grande … en novembre 2016. C’est ce qu’avait alors annoncé lors d’une conférence de presse, Mike Bafan, président de Toyota Motor Manufacturing de Guanajuato …. et Baja. Ce qui n’avait pas échappé au site mexicain de Forbes. La presse canadienne précise encore que si Toyota a bel et bien une usine dans l’État de Baja …  le constructeur y construit des camionnettes Tacoma.

Il sera donc difficile pour Toyota d’annuler ce projet d’expansion au Mexique, et ce, contrairement à Ford qui vient d’annoncer avoir changé son fusil d’épaule avant que la décision d’établir un nouveau site sur le territoire mexicain ne soit entérinée.

Anticipant d’éventuelles menaces de Trump, le PDG de Toyota, Akio Toyoda, avait déclaré plus tôt  jeudi, lors d’une rencontre réunissant des professionnels du secteur à Tokyo, qu’il n’envisageait pas de réduire sa production au Mexique. « Nous étudierons nos options quand nous verrons quelle politique le nouveau président choisira », s’est-il contenté de répondre à une question sur le sujet.

Le président de Honda, Takahiro Hachigo, avait alors exprimé la même opinion. « Nous produisons des voitures au Mexique pour des marchés comprenant l’Amérique du Nord et l’Europe, et nous n’avons pas de plan dans l’immédiat pour changer cela« , a-t-il déclaré.

Le Mexique se trouve donc particulièrement ciblé, Trump ayant particulièrement du mal à digérer les investissements de Ford et GM au Mexique. Si l’on pouvait un tantinet admettre que la délocalisation des constructeurs US puisse heurter l’âme sensible du futur président, son ingérence dans la politique économique et industrielle du Japon semble quant à elle quelque peu outrancière. Sans parler de la remise en cause des accords internationaux passés avec les différents Etats  impactés par le dossier.

Précisons enfin qu’en avril 2015, Toyota avait annoncé son intention de déménager la production de la nouvelle Corolla du Canada – et non pas des Etats-Unis – vers le Mexique. La presse canadienne avait alors rapporté que deux mille emplois seraient créés sur le nouveau site lorsque la production aura atteint sa pleine capacité. Toyota avait parallèlement indiqué qu’il allait continuer à investir dans son usine de Cambridge, en Ontario (Canada). Le transfert annoncé fait partie d’un vaste plan mondial de transition des activités de production du groupe nippon.

« Cette redéfinition stratégique de la façon dont nous construisons nos produits et de leur lieu de production ouvrira de nouvelles perspectives à notre société, à nos partenaires commerciaux et aux membres des équipes de toute la région » avait alors ajouté Toyota dans un communiqué.

Sources : AFP, CNW, Presse canadienne

Elisabeth Studer – 5 janvier 2017 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Canada : menace de grève chez Ford, FCA et GM face à la concurrence du Mexique

Quand le Mexique s’éveillera  … une menace pour la Chine ?

Bombardier : délocalisation partielle au Maroc et au Mexique, effet Brexit ?

Bosch mise sur l’expansion de l’industrie automobile au Mexique

Mexique : les constructeurs automobiles US mettent les gaz

Le Blog Finance

Partager cet article