Réformes : « Le gouvernement est mou du genou », estime Hervé Morin

Mots-clefs : , , , , ,

Hervé Morin, le président des Centristes (ex-Nouveau Centre), a estimé lundi que « le gouvernement est plutôt mou du genou depuis plusieurs semaines » concernant les réformes, qu’il juge « cosmétiques ».

« La question se pose, c’est +est-ce qu’on est dans le cosmétique ou on est dans le fond de la réforme ?+. Je trouve honnêtement que le gouvernement est plutôt mou du genou depuis plusieurs semaines », a estimé l’ancien ministre dans L’Épreuve de vérité sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, Radio classique et Les Echos.

« Mon inquiétude, c’est qu’on ne fasse les choses qu’à moitié, voire moins qu’à moitié », a poursuivi le président des Centristes, pour qui le rythme soutenu des réformes lui « rappelle » l’époque du quinquennat de Nicolas Sarkozy, dont il était le ministre.

« Nicolas Sarkozy évoquait : +Je fais des réformes tous azimuts pour qu’on ne puisse pas s’appuyer sur une réforme et qu’elle devienne le symbole d’une révolte sociale, ou d’un mouvement social profond+ », a poursuivi Hervé Morin, selon qui « ce dont a besoin la France, ce sont des transformations systémiques et structurelles ».

Le responsable centriste a toutefois reconnu des avancées « en matière de fiscalité, de politique de l’offre » depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron, mais « trouve que depuis quelques semaines, on a plus parfois de l’annonce ».

« Je vois tous ces articles paraître sur le fait que le gouvernement réforme à fond, pardon de le dire, mais la réforme de l’assurance chômage, le gouvernement a accepté globalement la signature des partenaires sociaux, c’est-à-dire une situation dans laquelle on ne gère pas et on ne règle pas », a notamment pointé M. Morin.

« Avec la reprise de la croissance, avec des secteurs d’activités entiers qui recherchent de la main-d’œuvre et des qualifications, une partie de nos compatriotes jouent Pôle emploi comme une agence d’intérim pour recharger des droits, et donc ne jouent pas pleinement le fait d’aller à la recherche de l’emploi », a encore considéré le président du Conseil régional de Normandie.

« Au sein des régions, nous assurons la formation des demandeurs d’emploi (et) nous avons aujourd’hui de plus en plus de mal à remplir nos formations », a encore déploré le président des Centristes, en prédisant « un échec absolument total » de la réforme sur l’apprentissage.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article